Digital La société belge veut que les lois sur le droit d’auteur soient en phase avec l’évolution technologique.

Principale société de droits d’auteurs en Belgique, la Sabam reflète non seulement la vitalité culturelle du pays, mais aussi l’activité économique. Sur l’exercice 2017, tant le chiffre d’affaires que le montant réparti aux coopérateurs sont en augmentation, le nombre d’ayants droit étant lui aussi en hausse. Ils sont ainsi près de 14 000 (+ 6,7 %) auteurs, réalisateurs, scénaristes, compositeurs, auteurs-compositeurs à percevoir des droits.

Si la Sabam est un bon baromètre économique, c’est parce qu’elle négocie ces droits avec l’Horeca, les radios et télévisions, les télédistributeurs, les fournisseurs de contenu en ligne, les organisateurs de concerts et de festivals. En 2017, la société a perçu 163 millions d’euros, soit 5 % d’augmentation. "C’est beaucoup, mais ce n’est pas structurel, nuance Carine Libert, la nouvelle directrice générale. C’est dû à l’accord conclu avec SBS", société récemment rachetée par Telenet, qui diffuse les chaînes commerciales Vier, Vijf et Zes, avec laquelle la Sabam était en conflit depuis 2009. Un rattrapage donc.