Digital Le réseau social Snapchat a perdu de l'attrait auprès de ses utilisateurs. En cause, notamment, sa nouvelle interface.

Au deuxième trimestre de 2018, Snapchat perdait trois millions d'utilisateurs. De 191 millions fin mars, ce nombre chutait à 188 millions au 30 juin, comme le mentionnent les chiffres publiés par Snap Inc., le 7 août dernier. En mai, l'action Snap chutait de plus de 20% en bourse.

La maison mère enregistrait alors la plus faible progression d'utilisateurs quotidiens de son histoire, entre janvier et mars.

Autant de données qui laissent penser que la mise à jour réalisée en janvier dernier par Snapchat n'a pas plu aux adeptes de la messagerie éphémère. Pour rappel, ce dernier a lancé une toute nouvelle interface, caractérisée par une démarcation entre les "amis", sur le côté gauche, et les contenus "people" et médiatiques, sur la droite.

Si le réseau social pensait séduire les annonceurs grâce à cette refonte, elle a plutôt eu le don d'agacer les utilisateurs, qui l'ont sévèrement critiquée. Une pétition a d'ailleurs été lancée sur la toile afin de convaincre la société de revenir à l'ancienne version de la plateforme. Pour l'heure, elle a recueilli plus de 1,2 million de signataires. "Beaucoup de nouvelles fonctionnalités sont inutiles ou vont à l'encontre des objectifs originels de Snapchat", peut-on y lire.

Son grand rival, Instagram

Pourtant Snapchat a fait sensation avec ses "stories", pendant tout un temps. Le concept d'aposer des filtres, aussi insolites les uns que les autres à ses photographies et vidéos, a séduit de nombreux jeunes, mais pas autant qu'escompté.


A côté de Facebook, le premier réseau social de la planète et ses 1,45 milliard d'utilisateurs quotidiens, Snapchat fait pâle figure. D'ailleurs, c'est ce même mastodonte qui a racheté Instagram en 2012, le principal rival de Snapchat. Justement, dès 2016, Instagram s'érige en concurrent incontestable. Ce même réseau social décide d'intégrer le concept des stories, en s'inspirant abondamment de la messagerie d'Evan Spiegel. Avec un succès conséquent au rendez-vous, puisque 400 millions d'utilisateurs y publient quotidiennement des stories. Ensuite, c'est Facebook qui intègre également ce concept des stories, fin 2016, avec une belle progression jusqu'en 2018.

Optimiste, malgré tout

Malgré tout, le patron et co-fondateur de Snapchat, Evan Spiegel, reste optimiste. Les investisseurs semblent également satisfaits des chiffres présentés par Snap. Le prince saoudien milliardaire Al-Walid Ben Talal a d'ailleurs annoncé avoir pris une participation de 2,3 pour cent dans Snap.

"Nous sommes excités par les progrès que nous avons réalisés et sommes très optimistes à propos des opportunités futures, et continuons à investir dans de nouvelles innovations", a-t-il déclaré. Quant au chiffre d'affaires, la messagerie éphémère a atteint 262,3 millions de dollars, contre 249,8 millions attendus. Autrement dit, la hausse est de 44% par rapport au précédent exercice. Néanmoins, la société connaît une perte nette de 353 millions de dollars au second semestre 2018, contre 443 millions l'an dernier à la même période.