Digital

Vous le savez sans doute, les sites Internet qui offrent des services aux particuliers, doivent se financer. Les piliers de l’économie Internet se nourrissent de leurs données personnelles pour les arroser, par la suite, de publicités ciblées.

On l’a vu récemment avec l’affaire Cambridge Analytica/Facebook, ces pratiques ne sont pas sans risques. Il sera bientôt possible, en Europe (Espace économique européen) de corriger ou d’effacer ces informations, ou d’en limiter le traitement, dans le cadre du Règlement européen sur la protection des données (RGPD). Il entrera en vigueur le 25 mai prochain.

Dans l’attente, il est loisible à tout un chacun de consulter les dossiers numériques réalisés par les géants de la Toile, afin de se faire une idée des techniques de profilage. Cela prend un peu de temps, mais il est possible de le faire sur Facebook , c’est aussi le cas sur Google, sur Twitter ou LinkedIn. Ce n’est pas toujours facile à retrouver et cela prend un peu de temps.

Voici les raccourcis pour :

LinkedIn

Twitter

Facebook

Google

Après quelques 1minutes, et après avoir rempli la demande, vous recevrez un lien pour accéder au téléchargement de votre dossier personnel, après vérification de votre identité (mot de passe). Google conserve notamment (sauf effacement de l’historique), les adresses des sites recherchés avec Google Search, les vidéos vues sur YouTube, les zones consultées sur Google Maps, les échanges de mails sur Gmail, les contacts, etc. LinkedIn dispose des listes de contacts importés (à sa demande), ou ceux existant sur le réseau, sur votre profil professionnel, sur les "posts" effectués.

Twitter envoie pour sa part un fichier "pdf", contenant le profil, l’historique de connexions, les lieux d’où vous avez tweeté, vos centres d’intérêt et les audiences personnalisées, soit les adresses Twitter d’annonceurs qui vous ont inclus dans leurs listes de cibles publicitaires (que l’on peut refuser dans les paramètres de Twitter).