Digital

S’il n’est pas encore très connu auprès du grand public francophone, Koen De Leus est un économiste dont la voix et les mots comptent dans les médias du Nord du pays. Après avoir travaillé comme analyste économique et financier au "Tijd" et chez KBC, ce diplômé en sciences commerciales avait été débauché par BNP Paribas Fortis, à l’été 2016, pour occuper la fonction de "chef économiste". "Quand la plus grande banque du pays vous demande d’être son chef économiste, on n’hésite pas !", avait-il alors commenté.

Agé de 47 ans, Koen De Leus publie, ce 1er juin, son troisième livre (1). Après s’être penché sur les conséquences sociales et économiques du vieillissement de la population ("Au pays des vieux", écrit avec Paul Huybrechts, 2006) et examiné les pièges émotionnels les plus courants auxquels sont confrontés les investisseurs ("Les règles d’or en bourse", 2012), l’économiste s’est attaqué, cette fois, à la révolution numérique.

"J’ai commencé à travailler sur cette question de la révolution numérique en janvier 2016, nous a-t-il confié lors d’un long entretien. Comme économiste, je ne comprenais pas bien ce qui était en train de se passer. J’ai lu pas mal d’articles et de livres sur le sujet. Je me suis penché, en particulier, sur la question de la productivité. J’ai aussi rencontré différentes personnalités."

L’homme a en effet multiplié les rencontres pour comprendre au mieux les mécanismes de cette "quatrième révolution industrielle" naissante et d’en déterminer, tant que faire se peut, ses effets économiques et sociaux. Koen De Leus a rencontré une trentaine de personnes, en Belgique et à l’étranger (surtout aux Etats-Unis). Des professeurs d’université, des personnalités politiques, des économistes, des entrepreneurs, des financiers,… Certains de ces entretiens sont publiés à la fin de chaque chapitre de "L’économie des gagnants". C’est le cas de Hal Varian (économiste en chef de Google et professeur émérite à Berkeley), d’Alexander De Croo (ministre belge de l’Agenda numérique) ou encore de Richard Baldwin (auteur de "The Great Convergence").