Digital

C’est un très joli coup, audacieux, et largement espéré par les 30 millions d’utilisateurs du service musical.

À compter d’aujourd’hui, l’utilisation de Spotify sur un appareil mobile (smartphone, tablette), pour laquelle il fallait impérativement posséder un profil Premium facturé à 9,99 € parmois hier, est offerte à tous les utilisateurs, anciens comme nouveaux ! Jusqu’ici, Spotify n’était gratuit que sur PC. Concrètement, même si la pub viendra sporadiquement se faire entendre entre deux morceaux, vous pourrez donc écouter de la musique de manière illimitée depuis l’app Spotify de votre smartphone. Un seul bémol : sur mobile, l’écoute d’un morceau à la demande ne sera pas permise. C’est un privilège réservé, sur tablette et PC, pour les membres non-payants et, bien entendu, sur smartphone pour les adhérents Spotify Premium. L’offre gratuite sur smartphone sera basée sur le shuffling, c’est à dire la navigation en lecture aléatoire dans le catalogue Spotify de l’artiste. En bref : il ne sera pas possible à coup sûr d’écouter Ma petite entreprise. En revanche, vous pourrez gratuitement écouter du Bashung jusqu’à pas d’heure

Comme une bonne nouvelle ne vient jamais seule, l’entreprise suédoise - non contente d’annoncer que l’intégralité du catalogue de Led Zeppelin vient épaissir le catalogue de 20 millions de titres du service - fait également sauter la limite de 10 heures d’écoute par mois, qui frustrait plus d’un utilisateur non-payant ! Daniel Ek, CEO et fondateur de Spotify, s’autorisait l’emphase los de sa prise de micro : “Aujourd’hui, nous proposons aux fans de musique la meilleure expérience musicale gratuite de l’histoire du smartphone."

S’il est vrai que ce move stratégique se drape d’altruisme, il faut toutefois remettre l’église au milieu du village. Spotify n’opère plus dans une sitauation de duopole, partagé avec son meilleur ennemi français Deezer. Ces deux dernières années, les services d’écoute musicale en ligne ont fleuri presque aussi vite que Miley Cyrus s’est effeuillée. Et on ne parle pas de petits joueurs : Xbox Live Music, Sony Music Unlimited, Google Music All Access, iTunes Radio... Chaque acteur majeur du giron techno a son petit Spotify maison. Le gâteau de la musique dématérialisée en streaming, dont on ignore toujours à quel point il pourra devenir gros, mais dont on sait déjà qu’il a fortement contribué à la première hausse, actée en 2012, du marché mondial de la musique depuis douze ans (+0,3%), se tranche désormais en bien plus de parts...

Une situation qui force Spotify, pionnier (lancement en 2008), leader, et bien conscient que la musique devient chaque jour plus mobile, à relancer l’attractivité de ses services. Et à élargir sa base de clients (6 millions payants, 24 millions non-payants), donc ses revenus publicitaires, source de financement n°1 du service.

En attendant la réponse de Deezer, qui doit absolument réagir, notez enfin que le modèle Spotify Premium, payant, ne disparaît pas. C’est toujours le seul moyen d’écouter vos playlists hors-connexion, sans aucune publicité, et avec la meilleur compromis qualitatif de compression audio.