Digital

36 projets, 6 semaines. Les participants au premier “Startup Camp” de Wallonie ont bouclé leur cinquième semaine d’accélération. Au total, 36 projets de start-up suivent le programme élaboré par Creative Wallonia Engine au sein de quatre écosystèmes : Digital BW (Louvain-la-Neuve), LeanSquare (Liège), Digital Attraxion (Mons) et Trakk/BEP (Namur).

Chaque samedi, “La Libre” vous fait vivre ce Startup Camp à travers 4 projets : Smartbeam, Mesydel, WattsonYou (ex-Art’Crok) et Stent.care.


Art-Crok/WattsonYou

© GUILLAUME JC
Certains avaient laissé entendre, à l’entame du Startup Camp (lire ci-contre), que Namur serait le maillon faible des quatre écosystèmes accueillant les 36 projets de start-up. Trop de projets individuels, une culture “start-up” moins mature qu’à Liège, Mons ou Louvain-la-Neuve… Mauvaises langues, va ! Cette semaine, il nous a suffi d’entrer au 118 de l’avenue Reine Astrid, siège du Trakk (hub créatif), pour sentir l’enthousiasme qui anime les 8 projets accélérés depuis le 8 mai. “Il y a eu une forme d’intelligence collective qui a soudé le groupe”, se réjouit Myriam Malou, l’une des coachs accompagnant les projets du Trakk.

Tête chercheuse et bricoleuse

Parmi ces projets, il y a WattsonYou. Porté par Colienne Demain, ingénieur civil de 29 ans, il ambitionne d’utiliser la chaleur corporelle pour alimenter des appareils en électricité ! “Là, nous expliquait-elle mercredi dernier, je cherche une solution pour que mon prototype de lampe frontale produise un éclairage plus puissant. Je veux le présenter au ‘Demo Day’, le 16 juin, donc j’aimerais que ça fonctionne !” A la fois tête chercheuse et bricoleuse, Colienne peut compter sur les outils – imprimantes 3D, fraiseuse numérique, découpeuse laser,… – du “Fab Lab” namurois pour peaufiner son prototype. “Colienne est une bonne cliente !, sourit François Chasseur, manager du Fab Lab. Mais ce dont elle a surtout besoin, ce sont des conseils. Je suis plus là pour l’aider à trouver des solutions que lui apprendre le fonctionnement des machines.”

(1) Pour participer au “Demo Day” le 16 juin, à Namur Expo, il suffit de s’inscrire sur www.engine-cw.be.

© IPM
Accélérateur :
© DR


Mesydel

© Tonneau
La préparation du “pitch” du 16 juin a rythmé la semaine du quatuor de Mesydel (Martin, Mélanie, Martin et, absent sur notre photo, Robin). Martin Erpicum, assez sceptique à l’idée de devoir défendre le projet en 2 minutes (les universitaires ont coutume d’avoir du temps quand ils exposent les résultats d’une recherche…), a revu son point de vue après quelques séances de coaching organisées dans les locaux de LeanSquare. “Les coachs nous ont poussés à simplifier notre message, sans pour autant dénaturer notre projet. Au lieu d’expliquer le fonctionnement de la plateforme, on va centrer le pitch sur ce que notre solution permet de réaliser”, explique la cheville ouvrière de cette spin-off de l’Université de Liège. Vendredi, ils ont déjà pu tester le résultat auprès d’un client potentiel. “Le rendez-vous s’est très bien passé !”
© IPM
Accélérateur :
© DR


Stent.care

© GUILLAUME JC
Les préliminaires du Doudou, cette semaine à Mons, n’auront pas trop perturbé le tra vail du “club des cinq” du projet Stent care. “On avance bien, toujours dans l’optique de valider ou d’invalider une série d’hypothèses de développement du projet (réseau social pour des malades chroniques, des personnes handicapées et leur entourage, NdlR)”, nous confiait, vendredi, Lucio Scanu. L’une de ces hypothèses prévoyait de mener une campagne de crowdfunding à la mi-juin. Mais à la suite de contacts avec des acteurs du financement participatif, il a été décidé d’attendre la rentrée de septembre pour mener la récolte de fonds. L’équipe de Stent care, installée chez Digital Attraxion, a également travaillé sur le “Demo Day” du 16 juin. Outre le “pitch” du Startup Camp à Namur, Stent care aura aussi l’opportunité de pitcher au Sense Tour (21/6, à Mons).
© IPM
Accélérateur :
© DR


Smartbeam

© GUILLAUME JC
Et de trois ! Arrivée seule chez DigitalBW, à Louvain-la-Neuve, pour entamer le Startup Camp, Caroline Basecqz, fondatrice de Smartbeam (logiciels en ligne destinés au secteur de la construction générale), en sortira avec deux nouveaux partenaires. Il y eut d’abord Florent Coninck, cogérant d’une PME familiale active dans la construction; cette semaine, un nouveau renfort a rejoint le duo en la personne de Dennis De Reyer. “Dennis est le développeur que je cherchais depuis quelques mois !, se félicite Caroline. Il est expérimenté et très motivé. En quelques jours de développement sur notre module de prix, il en a déjà fait plus que l’agence française à laquelle on avait sous-traité le travail.” Ce week-end, le trio ne se croisera pas vraiment les bras puisque Smartbeam a été sélectionné pour participer, à Bruxelles, au BNP Paribas International Hackathon.
© IPM
Accélérateur :
© DR