Digital

Sur Internet, l'anonymat est un mythe ! Auteur d'une étude récente sur la protection de la vie privée et Internet, Laurence Vandenbrouck, consultante juridique responsable des aspects légaux liés à l'Internet chez DAD, dresse un constat assez préoccupant sur le sujet.

Elle y affirme que des traitements de ces données sont possibles, et surtout qu'ils sont faits ! Les sites de commerce électronique sont évidemment les premiers visés. Mais la majorité des sites Internet sont également concernés, et de façon plus problématique encore, dans le sens où l'utilisateur n'a même pas conscience de laisser de traces.

EFFET RÉTROACTIF

Traces qui peuvent être utilisées rétroactivement pour dresser un profil très complet. Ainsi, poursuit Laurence Vandenbrouck, `certains sites rassemblent l'ensemble des informations liées aux différentes sessions de visite de ces sites par les utililisateurs et `attendent´ par exemple le remplissage d'un formulaire pour reconstituer le parcours de l'utilisateur, alors identifié, depuis sa toute première visite sur le site´.

L'utilisateur a bien sûr conscience de fournir des données lors de certaines prises d'informations (formulaires de commande, par ex.). Mais il oublie que de puissants outils comme Copernic, Google ou Altavista permettent d'accéder à bien d'autres informations librement accessibles sur le Net et qui permettent de dresser un portrait complet des individus. Pages personnelles, informations sur le site de l'employeur, e-mails republiés au sein de forums de discussion sont autant de traces persistantes qui ne demandent qu'à être recompilées. Sans parler du négoce de profils clients qui semblent de plus en plus fréquents.

Sans être excessivement alarmiste, les dérives sont évidemment nombreuses. Et parfois inattendues. Amazon n'a-t-il pas dû abandonner sa pratique de différenciation des prix ? A l'inverse du principe de fidélisation et partant du principe qu'un acheteur fréquent est déjà convaincu, Amazon proposait des prix plus élevés aux acheteurs réguliers qu'aux nouveaux!

QUELS RECOURS?

Au regard de la Commission nationale sur la vie privée (privacy.fgov.be), la collecte de données n'est pas, en soi, répréhensible. Mais il faut respecter quelques principes, à commencer par la transparence. Cela passe par une déclaration obligatoire auprès de l'organisme de contrôle. Mais près d'un site de commerce électronique sur deux se dispense de cette démarche préalable, selon un pointage récent de la Commission nationale de l'informatique et des libertés française. Et dans la grande majorité des cas, cette première prise en compte consiste à glisser en bas de page l'avertissement sur la collecte issu de la directive européenne de 1995 qui la régit. Quant aux possibilités de consultation des données ou de modifications évoquées, elles sont majoritairement absentes.

Pour Laurence Vandenbrouck, plusieurs précautions s'imposent à l'usage: `Toujours aller voir les notices légales, obligatoires. Même si elles sont bien souvent incomplètes. Circonspection lors de l'encodage de données. Et utilisation de `filtres´ tels que les adresses e-mail sur Hotmail ou autres `relais d'anonymat´. En cas d'abus, saisir la Commission de la vie privée dépendant du ministère de la Justice.

© La Libre Belgique 2000