Digital

Pour séduire les étudiants et les guider vers leur futur emploi, PwC a créé un chatbot, une "personne numérique", avec laquelle ils peuvent discuter via messenger. Son nom ? Tenzing, comme Tenzing Norgay, le sherpa d’Edmund Hillary, le premier à atteindre le sommet de l’Everest en 1953.

Lancé en octobre dans le cadre de la campagne de recrutement de PwC auprès des étudiants de dernière année, ce sherpa-bot a aussi pour objectif de donner une image dynamique et jeune de l’entreprise. "Pour 2018, nous allons engager 250 jeunes diplômés et 180 profils plus expérimentés. Quelque 20 à 25 % concernent des candidats qui sortent des profils classiques que nous avons l’habitude de recruter (droit, économie,…). Depuis deux ans, nous nous tournons aussi vers des profils plus techniques. Transformer nos services nécessite des compétences particulières. Utiliser les mêmes canaux que les jeunes nous permet de faire la démonstration que nos métiers évoluent et inviter des jeunes qui ne penseraient pas à postuler chez nous à le faire", explique Patrick Mortroux, partner, Finance&Human Capital Leader.

Le premier contact peut avoir lieu à différentes occasions : un job fair, sur les réseaux sociaux,… "Quand une discussion est entamée, le chatbot relance l’étudiant par après mais pas directement sur messenger pour ne pas être top invasif. Cela se fait via des spots sur le fil de l’étudiant. Il va lui proposer de continuer la conversation, de participer à un concours,…", explique Grégory Renier, manager de la communication en ligne chez PwC. Les échanges restent anonymes. "C’est important car on constate que lors des entretiens classiques, les étudiants n’osent pas poser certaines questions", note Patrick Mortroux. Le sherpa-bot se présente comme un copain qui va leur donner des conseils, répondre à leurs questions concernant un emploi chez PwC,… Près de 300 conversations ont déjà été engagées. PwC en espère 1000 pour la fin de l’année.