Digital

Le ministre de l'Economie, Marc Verwilghen (VLD), a lancé officiellement jeudi le nouveau site www.spamsquad.be, un portail internet visant à mieux armer le consommateur contre les dangers des spams ou des e-mails indésirables.

Ce site portail sur les spams a été créé à l'initiative de SpamSquad, un groupe de réflexion réunissant des représentants des secteurs privé et public.

Le spam n'est pas un phénomène anodin, mais un business ayant souvent un caractère frauduleux et criminel, a souligné M. Verwilghen à l'occasion du lancement de www.SpamSquad.be.

Les spams ou les mails indésirables sont une source quotidienne de tracas pour les internautes. Entre 50 et 80 pc du trafic d'e-mail serait constitué de spams.

Dans le même ordre d'idée, une enquête récente du Service public fédéral (SPF) Economie révélait que 60 pc des utilisateurs d'internet avaient reçu des spams dans les trois mois ayant précédé l'enquête.

Ces courriels indésirables ne sont pas seulement une plaie: ils ont en effet souvent un caractère frauduleux et criminel: des internautes sont escroqués, des numéros de cartes de crédit et de passeports sont subtilisés, et certains spams contiennent des virus et des vers informatiques.

Le coût économique de ce fléau est énorme: il est estimé, au niveau mondial, à 39 milliards d'euros pour l'année 2005. Aucun chiffre n'est disponible pour la Belgique, qui ne figure toutefois pas dans le top 12 des pays d'où part le plus grand nombre de spams. Un classement où les Etats-Unis, la Chine et la France constituent le trio de tête.

Le SPF Economie s'est donc attaqué à ce fléau, et fait appel à l'unité de criminalité informatique de la police fédérale (Federal Computer Crime Unit, FCCU) si son enquête met au jour un aspect criminel (pédophilie, escroquerie...).

Pour mieux informer et armer l'internaute contre les dangers des spams, un site-portail a été créé par SpamSquad, un groupe de réflexion réunissant des représentants du SPF Economie et d'autres institutions publiques (commission de la vie privée, FCCU) et du secteur privé, notamment des organisations professionnelles telles que l'Interactive Advertising Bureau.

Les visiteurs de ce site se voient dispenser des conseils pour lutter contre les spams, comme par exemple ne jamais laisser traîner son adresse électronique, éviter de répondre à des mails suspects, sécuriser son ordinateur ou encore camoufler son adresse en écrivant "at" en lieu et place de l'arobase traditionnel. Le site donne également des explications sur les dispositions légales touchant aux spams et sur les modalités de dépôt d'éventuelles plaintes.

"Ce site ne détecte pas tous les problèmes, mais il offre pour la première fois des solutions", a souligné le ministre Verwilghen.