Digital L’appli Hunterz facilite la cooptation pour dénicher de nouveaux collaborateurs.

Pour recruter un nouveau collaborateur, les entreprises disposent de plusieurs canaux. Parmi ceux-ci : la cooptation, soit le fait pour un collaborateur de renseigner une de ses connaissances pour un poste à pourvoir dans son entreprise. "Quand on demande aux entreprises, les canaux de recrutement privilégiés, la cooptation figure en général dans le top 3", explique Vincent De Meerleer, fondateur, entre autres, du site de recrutement par cooptation Xpertize.be. "La cooptation a des avantages très directs : son faible coût - par rapport à un chasseur de têtes par exemple -, sa rapidité - on peut gagner 30 à 40 % de temps - et la fidélité. Un candidat qui arrive par le canal de la cooptation reste deux fois plus longtemps dans l’entreprise. Cela s’explique notamment par le fait que le collaborateur qui propose un candidat se mouille un peu et fait donc bien attention à bien le cibler. Et puis si le candidat est repris dans l’entreprise, on constate aussi que le collaborateur veillera à bien l’intégrer et à son bien-être."

Suivant les secteurs, les entreprises, le pourcentage de collaborateurs engagés via ce canal varie entre 5 et 40 %. "On peut se demander pourquoi tout le monde n’y a pas recours, si c’est tellement efficace", souligne Vincent De Meerleer qui avance deux raisons. "Les employés se plaignent souvent du manque de transparence : ils ne savent pas où en est le candidat qu’ils ont conseillé dans le processus de recrutement. La deuxième raison est qu’ils ne reçoivent quelque chose que si leur candidat est engagé."

C’est à ces deux niveaux que Hunterz apporte une solution. Cette application lancée fin de cet été offre un feed-back instantané des différentes étapes du recrutement du candidat, et propose, pour chacune d’elles, des points à cumuler. "Cela permet d’éviter que les collaborateurs soient démotivés de proposer des candidats. A force de proposer des candidats qui ne sont pas engagés et donc ne pas être récompensés pour cette démarche, ils vont se décourager et ne plus en proposer", note Vincent De Meerleer, co-fondateur de l’appli. Et si le candidat reste dans l’entreprise, des points peuvent aussi être cumulés. Les points restent acquis, quoi qu’il arrive. "Ce sont les entreprises qui fixent les étapes, les points récoltés, et ce à quoi ils donnent droit. Cela peut être une bouteille de champagne, de l’argent, des jours de congé,…"

C’est l’entreprise qui est cliente - avec une licence dont le prix varie suivant sa taille -, crée sa plateforme et invite ses employés à télécharger l’application. Par facilité pour les responsables RH, la plateforme sera compatible avec d’autres systèmes de gestion des talents, comme SAP, ou Taleo.