Digital

Certains sites s'élèvent rapidement au rang d'institutions, à l'instar de jackypc.com, référence incontournable pour ce qui a trait de près ou de loin au «mod». On connaissait déjà le tuning automobile, élément de folklore offrant une alternative à l'uniformité industrielle du parc en circulation, manière de faire valoir, en tant qu'individu, sa différence, matérialisée dans l'épaisseur des jantes, l'abaissement d'une carrosserie ou le revêtement de son volant. Depuis la fin 2000, un virus similaire touche l'univers informatique, qui se met progressivement à vouloir rompre avec la monotonie des unités centrales gris pâle.

Il n'est qu'à observer combien les constructeurs ont intégré ce souci d'esthétisme, à l'oeuvre dans les derniers modèles de chez Dell, Compaq ou Hewlett-Packard, plus galbés et plus à mêmes de figurer au milieu du salon, comme n'importe quel objet de décoration, non sans faire encore faire pâle figure devant les G 4 et iMac.

UN PC-AQUARIUM

Preuve que cela ne suffit pas, les adeptes du tuning PC, discipline née aux Etats-Unis et du sud-est de l'Asie, continuent à se multiplier, pour former un noyau de plus en plus serré en Belgique. A en croire le Parrain Jules - un des principaux animateurs du mouvement mod en Wallonie et organisateur du premier rendez-vous 100pc tuning dans le royaume le 29 février - le maillage n'a jamais été aussi serré qu'aujourd'hui. Et la créativité aussi débridée. La règle d'or du tuning, telle que résumée par Guillaume, le créateur de Jackypc. com, n'impose-t-elle pas de « créer une modification que tout le monde pense impossible » : installer un aquarium dans son PC, transformer son unité centrale en camion de pompier, recouvrir sa poignée de jeux d'une peau de léopard... Le tuner, à coup sûr, ne se refuse aucune fantaisie.

Les constructeurs et les détaillants en informatique (six mois après son lancement, la société française Open Light avait déjà généré un chiffre d'affaires de 300000 euros) ont bien compris l'intérêt de cette vague. À l'instar de watercooling.be (fournisseur officiel des «modeurs» belges), ils se recyclent pour enrichir leur liste de produits tunés. Pourtant, l'esprit reste majoritairement à la débrouille: « il y a de plus en plus de matériel à acheter pré-tuné », confirme le Parrain Jules, Grégory Fauchart dans le civil, « mais se contenter d'acheter et d'installer, ce n'est pas vraiment l'essence du tuning ».

Après avoir acquis, en août dernier, un ordinateur tout ce qu'il y a de plus classique, ce jeune homme s'est pris de passion pour un art dans lequel il était à son arrivée totalement béotien. Dans le plus pur esprit «do-it-yourself», 150 euros d'investissement lui ont suffir pour doterr sa machine d'un habillage en plexi-glas et d'éclairages bleutés pour les ventilateurs. Si les plus férus peuvent consacrer plus de 150€ par mois à leur art, la plupart des produits ne dépasse pas la vingtaine d'euros, - le câble phosphorescent se facture 17 euros, le néon rouge 19 euros -, à l'exception du kit d'isolation et d'absorbation acoustique: le prix du silence est ainsi estimé à 28 euros, chez des vendeurs en ligne comme www.elicorp.be.

PERFORMANCES ACCRUES

D'autres préfèrent un cadre en bois ou multiplier le nombre d'unités centrales reliées entre elles. Mais on a là quitté le seul aspect visuel pour la recherche de la performance. Le chic est aujourd'hui d'équiper son ordinateur d'un refroidissement à azote liquide, qui booste les performances de l'outil. L'intérêt? Il arrive souvent que les relookeurs-bricolo croisent le fer avec d'autres internautes sur des jeux en réseau ou lors de réunions LAN, en pleine phase de reconversion. La machine ne se contente plus d'être surpuissante, elle impose son style et le vainqueur d'une joute brandit surtout son originalité en guise de trophée. T'as le look, coco!

© La Libre Belgique 2004