Digital Ce jeudi 15 juin, les citoyens européens bénéficient de la disparition des frais d’itinérance lors de leurs déplacements au sein de l’Union. C’est le fruit d’une longue et dure bataille lancée en 2004 par Viviane Reding, qui était alors commissaire européenne aux télécoms . Quels sont les prochains combats ? Les envois postaux, les abonnements en ligne ? La députée européenne Viviane Reding est l’Invitée du samedi de LaLibre.be.


La fin du roaming

Après des années de discussions, de bras de fer économiques, de palabres politiques, de pressions des lobbys et de retards de calendrier, la mort définitive du roaming des télécommunications sera (enfin) une réalité ce 15 juin 2017. Concrètement, un Européen pourra utiliser son abonnement de téléphonie mobile dans les mêmes conditions, et au même coût, de Bruxelles à Barcelone.

Mais attention, un appel depuis un numéro belge vers un numéro étranger restera lui surfacturé (ex : de Bruxelles à Madrid), ce qui ne sera plus le cas si un numéro belge appelle un autre numéro belge localisé au sein de l’UE. De plus, les opérateurs virtuels comme Voo et Telenet limiteront cette utilisation, car ils ne sont pas soumis à la même réglementation. Enfin, et logiquement, les pays en dehors de l’Union européenne - à l’instar de la Suisse - maintiendront leurs frais d’itinérance.


Entretien avec Viviane Reding

Ce 15 juin 2017, la fin du roaming européen représentera une échéance importante pour l’Union européenne…

C’est historique, car c’est la première fois dans l’Histoire de l’Union européenne qu’une mesure à 100% favorable aux consommateurs et appliquée sur tout son territoire est imposée à tout un secteur économique. Cela ne s’est jamais vu par le passé, puisque l’Union n’a pas l’habitude ou la vocation d’intervenir sur les prix d’un marché libéralisé. C’est une intervention exceptionnelle face à un blocage exceptionnel des télécoms. Alors qu’il faut détruire les frontières internes de notre grand marché digital, les entreprises érigeaient de nouveaux murs aux frais des citoyens.

Vous évoquez un terrible combat, mais mené contre qui précisément ?

Face à une législation qui a un impact sur les bénéfices des entreprises, il est normal qu’elles se défendent et fassent valoir leurs intérêts. Les frais de roaming étaient une vache à lait exceptionnelle qu’elles voulaient impérativement sauver ! Les coûts réels pour les télécoms étaient minimes à côté de ces tarifs imposés aux consommateurs.

Vous vous êtes sentie seule face aux géants des télécoms, comme David contre Goliath ?

(...)