Digital

Voilà un an que les services en ligne de la start-up belge Wooclap ont été mis à disposition des professeurs et des étudiants de l’Université catholique de Louvain (UCL). Et apparemment, la mayonnaise a bien pris. L’UCL a mesuré la percée : 350 professeurs utilisent l’outil sur un ensemble de 1 300 cours.

Outil interactif

Wooclap est un service permettant aux professeurs de créer très rapidement un site Internet privé auquel les étudiants peuvent se connecter après inscription. A l’aide de leur smartphone, de leur tablette ou de leur ordinateur (et même par SMS), ils peuvent interagir avec le professeur qui y poste des questions. Le service en ligne reçoit les réponses et fournit au professeur des statistiques immédiates sur la qualité des réponses, ce qui permet à l’enseignant d’adapter son discours, de réexpliquer des notions qui sont mal comprises, de situer les zones de compréhension ou d’intérêt, de recevoir des avis.

L’UCL assure que les professeurs ont créé en un an 9 389 interactions et suscité 220 000 réponses de la part des étudiants. L’utilisation de ce procédé permet aussi de détendre l’atmosphère et de créer un climat dans lequel les jeunes qui sont pratiquement nés avec un smartphone entre les mains se sentent mieux compris.

Wifi et smartphones

"Les universités sont maintenant équipées de système wifi de bonne qualité, ce qui permet aux étudiants d’utiliser cet outil", nous explique Sébastien Lebbe, le fondateur de la start-up Wooclap. Pour ce jeune ingénieur civil qui a fait un passage à la Solvay School of Management, "il n’est plus possible d’enseigner comme par le passé. Les professeurs en prennent conscience. Cet outil leur permet d’impliquer davantage les étudiants". Le succès de l’expérience de l’UCL est un formidable atout pour étendre le service à d’autres universités mais aussi dans le cadre de l’enseignement général ou en entreprises ? "Oui, nous avons énormément de demandes, en Belgique mais aussi en France, et au Royaume-Uni. Et l’expérience de l’UCL et d’autres universités où nous avons travaillé en étroite collaboration avec des responsables pédagogiques et des chercheurs en neurosciences, nous a conduits à préparer une nouvelle interface qui sera disponible début 2018."

Wooclap, lancée en 2015, compte une dizaine d’employés et a levé cette année 350 000 euros afin d’accélérer son déploiement à l’international. Un montant relativement modeste comparé à ce que parviennent à lever des start-up américaines, mais qui permet à la jeune société belge de garder son indépendance.