Eco-débats
Une opinion de Wim Vos, CEO de Cardoen. 


Il faut passer à un système où le consommateur choisit le moyen de transport le mieux adapté à ses déplacements.

En Belgique, la mise à disposition d’une voiture de société en guise d’avantage fiscal quand on travaille dans une moyenne ou une grande entreprise sonne un peu comme une évidence. Selon le MR, plus de 50 % des cadres juniors en Belgique ont droit à une voiture de société alors que le pourcentage se situe entre 0 et 16 % dans les pays voisins. Dans notre pays, plus d’une nouvelle voiture vendue sur deux est une voiture de société, avec toutes les conséquences qui en découlent, tant sur le plan de l’environnement qu’en termes de mobilité.

Les personnes qui roulent en véhicule de société veulent généralement tirer le meilleur parti de cet avantage et utilisent souvent la voiture comme moyen de transport, même pour les courtes distances. Puisque la voiture fait partie du package salarial et que l’avantage de toute nature est un montant fixe, quel que soit le kilométrage, vous y gagnez à l’utiliser davantage. Plus vous roulez, plus vous en profitez. Aller savourer un café à la mer, le week-end, ou profiter d’un dimanche pour se dégourdir les jambes dans les Ardennes ne coûte rien au conducteur d’une voiture de société.

Cash for car et le plan cafétéria (le travailleur choisit lui-même ses conditions salariales et de travail, comme il le ferait au self-service d’une cafétéria) constituent, dès lors, un bon début pour réduire le nombre de voitures de société et adopter un mode de déplacement plus intelligent.

Cardoen est persuadé que nous devons passer à un système où le consommateur choisit le moyen de transport le mieux adapté à ses déplacements. La voiture continuera d’occuper une place importante dans ce cadre. Les travailleurs qui optent pour une indemnité (cash) plutôt que pour une voiture de société (car) achèteront généralement une voiture privée. Le nombre de voitures ne diminuera donc pas, mais nous constaterons un impact positif sur la mobilité et l’environnement :

- côté mobilité : un particulier qui achète une voiture l’utilisera avec plus de précautions étant donné que chaque kilomètre sera à sa charge. Les formes de transport alternatives seront prises en compte dans le calcul et seront utilisées. A la clé ? Moins de kilomètres parcourus qu’avec une voiture de société. Une personne qui paie elle-même ses kilomètres aura, en effet, moins tendance à se rendre à la mer le week-end et envisagera plus facilement les transports publics ou le vélo pour se rendre au travail. Qui plus est, la plupart des voitures de société roulent au diesel, tandis que les particuliers optent souvent pour un modèle à essence.

- côté environnement : la diminution du nombre de kilomètres parcourus aura automatiquement un impact positif sur l’environnement. Qui plus est, les particuliers optent généralement pour un modèle à essence, qui coûte moins cher à l’achat, en taxes, en entretien et en assurance. Une voiture à essence leur évite, en outre, de se préoccuper des futures zones "basses émissions", comme à Anvers, Malines et Bruxelles, et des zones interdites aux véhicules diesel dans certaines villes étrangères.

La mesure Cash for car était annoncée pour le 1er janvier 2018, mais elle risque d’être reportée pour une durée indéterminée en raison d’une profusion de dossiers en cours issus de l’accord d’été. Pourtant, du côté de Johan Van Overtveldt, on laisse entendre que les discussions se poursuivront au cours des prochaines semaines, toujours dans le but de les finaliser en conseil des ministres avant la fin de l’année. Cardoen soutient donc le projet de loi du ministre des Finances Johan Van Overtveldt (N-VA) qui prévoit que les travailleurs qui le souhaitent peuvent échanger leur voiture de société contre une indemnité de mobilité, car l’entreprise est convaincue que de nombreuses voitures de société seront ainsi remplacées par des voitures particulières, ce qui aura un impact positif sur la mobilité (utilisation plus parcimonieuse) et l’environnement (moins de kilomètres et essence plutôt que diesel).