Eco-débats

L’idée d’un "budget mobilité" qui avait été lancée par le gouvernement Michel il y a quelques mois est en train d’avancer. Le Conseil central de l’économie et le Conseil national du travail, qui regroupe les partenaires sociaux, ont en effet donné vendredi un avis commun. Avis où un budget minimal devra être alloué à la mobilité et où ils écartent la piste qui consiste à permettre aux travailleurs qui disposent d’une voiture de société de la convertir totalement en cash.

Décision exclusive

Dans cet avis, le budget mobilité est considéré comme une solution alternative à la voiture de société à laquelle le travailleur peut prétendre. Il ne s’agira pas d’une obligation. Il relèvera donc de la décision exclusive de l’employeur de proposer ou non un budget mobilité au travailleur. Si le travailleur l’accepte, il pourra totalement remplacer sa voiture de société par des moyens et services de transport durables ou opter pour une voiture de société moins chère et combiner celle-ci avec d’autres moyens et services de transport durables (tels que bus, tram, métro…).

Le solde n’ayant pas été consacré à la mobilité en fin d’année pourra être payé en cash au travailleur.

(...)