Emploi / RH

Plus de 80% des jeunes en stage d'insertion ont été évalués positivement l'an dernier pour leur recherche active d'emploi, a indiqué mercredi le Forem qui a hérité de la compétence du contrôle de la disponibilité des chômeurs au 1er janvier 2016.

Les démarches des jeunes wallons sont évaluées à partir des 5ème et 10ème mois après leur inscription comme demandeurs d'emploi. Pour bénéficier des allocations d'insertion, il faut obtenir deux évaluations positives, consécutives ou non, pendant le stage d'insertion professionnelle. L'an dernier, 66.319 jeunes de moins de 25 ans (50,79% d'hommes et 49,21% de femmes) ont été évalués. Au total, 81,36% des décisions prises ont été positives. Quant au contrôle de la recherche active d'emploi pour les bénéficiaires d'allocations de chômage ou d'insertion, l'évaluation a lieu au moins une fois par an. Sur les 48.842 décisions prises, 30.164 (61,76%) étaient positives. Les bénéficiaires d'allocations comptaient 67,58% d'hommes et 32,42% de femmes. 

En cas d'évaluation négative au troisième entretien, le chômeur est exclu du bénéfice des allocations, ce qui a été le cas pour 915 personnes. Enfin, en ce qui concerne la disponibilité passive, 13.540 bénéficiaires d'allocations (8.404 hommes et 5.136 femmes) ont été concernés par un contrôle. Environ 45% avaient moins de 30 ans. Le chômeur se retrouve en situation de "chômage volontaire" pour plusieurs raisons: défaut de présentation sans justification suffisante auprès d'un employeur ou du Forem, refus d'emploi, refus de participer à un plan d'action individuel, arrêt d'un plan d'action individuel en raison de l'attitude fautive du chômeur et abandon de formation ou de mise en situation professionnelle. Dans ce cadre, le Forem a pris 8.574 décisions, dont près de 6.000 avec infraction.

Belga