Emploi / RH

La direction et les trois syndicats de la société de transports en commun flamande De Lijn ont conclu vendredi un accord sur une hausse de salaire en 2018, a fait savoir le syndicat chrétien CSC/ACV. Cette hausse du pouvoir d'achat se fera en deux étapes, a indiqué le délégué Jan Coolbrandt. Une hausse de 0,5% interviendra en janvier et en novembre. Aucune augmentation n'est prévue pour cette année, ce qui constitue le point faible de l'accord, selon le délégué.

Ce dernier se réjouit par contre que la hausse de 1 pour cent s'inscrive directement sur les salaires. Le bonus et le fait de lier ce bonus à un accord demandant plus de flexibilité dans le travail ne sont pas repris dans le texte.

L'accord de vendredi intervient après une grève de quatre jours menée sur l'ensemble du réseau en Flandre, entre vendredi et lundi derniers. Les discussions en cours autour de la convention collective de travail (CCT) fâchaient les syndicats qui demandaient la hausse maximale de 1,1% que les partenaires sociaux avaient négociée en intersectoriel à l'échelon national.

Mais outre cette discussion autour de la CCT, il est question d'un deuxième texte sur la nouvelle organisation du travail souhaitée par De Lijn. Les premières discussions sur ce thème sont programmées en septembre et les conclusions doivent être déposées fin mars.

Les syndicats resteront attentifs. "Si l'objectif est de faire travailler les chauffeurs plus longtemps et plus durement, il y a peu de chances que nous l'acceptions. Mais si une amélioration des temps de repos et de conduite est proposée, alors nous sommes pour", a conclu le représentant CSC.