Emploi / RH

L'âge idéal de la retraite est de 60 ans ou moins pour 65,1% des Wallons, ressort-il mardi d'un sondage réalisé pour le compte du parlement wallon, en vue du lancement vendredi d'un panel citoyen inédit sur les enjeux du vieillissement. Le pourcentage monte à 94,5% si l'on ajoute ceux qui situent cet âge idéal entre 61 et 65 ans. Le "panel citoyen", une initiative que seules l'Irlande et l'Islande ont tentée jusqu'ici, selon le président du parlement wallon, André Antoine, constitue une nouvelle tentative des députés wallons de favoriser la participation des citoyens au débat public.

Trente personnes représentatives de la population wallonne ont été sélectionnées pour débattre, au cours de quatre journées jusque mi-mai, du thème du vieillissement de la population au regard des besoins en aides et soins, tout en gardant à l'esprit le cadre budgétaire. Elles seront épaulées d'experts universitaires ainsi que de l'Institut Destrée (pluraliste). Les groupes parlementaires et le gouvernement wallon seront appelés à répondre à la déclaration que ces "panélistes" publieront au terme de leur travail.

Pour lancer les travaux, le parlement a commandé un sondage au bureau Sonecom, qui a interviewé 1.023 habitants de Wallonie représentatifs. C'est Sonecom qui a choisi les questions, qui ont été approuvées par le bureau élargi (PS, MR, cdH, Ecolo). Il en ressort une volonté des Wallons de préserver l'autonomie de leur fin de vie.

Ainsi, une écrasante majorité des sondés (8 sur 10) sont plutôt (27,2%) ou tout à fait (55,9%) favorables à l'euthanasie des personnes en fin de vie qui la demandent. En cas de perte d'autonomie, six Wallons sur 10 souhaitent vivre à domicile avec de l'aide sur place, une demande qui croît avec l'âge du sondé. Si la future assurance autonomie wallonne reste très largement méconnue, son principe une fois expliqué récolte l'approbation de deux tiers des sondés.

Les sondés se montrent plutôt disposés (60,1%) à l'accueil chez eux d'un proche âgé qui ne serait plus autonome, mais ils considèrent plus majoritairement (82,9%) que le secteur public ou associatif doit être le principal prestataire d'aide et de soins à la population âgée.

Quant à l'âge légal de la pension, les Wallons le voient idéalement à 65 ans ou avant, dans leur toute grande majorité. Ils ne sont que 5,6% des sondés à juger cet âge idéal au-delà de 65 ans, alors que la réforme fédérale prévoit de relever l'âge légal de 65 à 67 ans d'ici 2030. On notera toutefois que le sondage n'a pas posé la question au regard de l'enjeu budgétaire.

Beaucoup voient dans la "silver economie" (l'économie des seniors) un grand potentiel pour l'emploi et l'économie globale. Mais les technologies qui y sont liées suscitent encore une certaine méfiance. A peine un sondé sur deux a déjà pris des dispositions financières en vue de ses vieux jours, et seulement 10 à 15% ont fait de même en termes d'habitat (place en maison de repos, habitat groupé, aménagement du lieu de vie) ou d'accompagnement (contact avec des professionnels, organisation familiale, etc), preuve de l'importance de ce débat sociétal.

Le panel citoyen sur les enjeux à long terme du vieillissement se réunira le 21 avril, le 29 avril et le 6 mai avant la journée finale du 12 mai à laquelle le gouvernement et les groupes politiques répondront.