Emploi / RH

Un développement de l'industrie de l'éolien offshore en Belgique pourrait créer à terme 16.000 emplois directs et indirects, selon une étude de la Belgian Offshore Platform (BOP) présentée mercredi à Ostende. La Belgique est et reste un des pays pionniers en matière d'éolien en mer. Notre pays occupe actuellement la sixième place mondiale en terme de capacité et même le quatrième rang en matière de capacité installée par habitant.

Jusqu'à présent, le secteur a permis de créer 5.000 emplois directs et indirects en Belgique, principalement pour la construction des parcs éoliens déjà installés. D'autres éoliennes seront construites à terme et, plus important encore au niveau de l'emploi, les éoliennes installées devront être suivies pour leur entretien.

L'étude publiée mercredi estime en outre la valeur ajoutée de l'éolien offshore à 1 milliard d'euros par an à partir de 2017. La BOP souligne toutefois que le soutien public reste nécessaire. Celui-ci atteindra un montant cumulé d'un milliard d'euros entre 2010 et 2020 mais la BOP rappelle les effets retours positifs pour les pouvoirs publics au niveau de l'emploi, des recettes fiscales, etc.

De plus, l'énergie éolienne pourrait avoir un impact à la baisse sur les prix de l'ordre de 3 à 23 euros par MWh et permettra d'éviter l'émission de 6 millions de tonnes de CO2 d'ici 2030, selon des projections de l'étude. Autant de chiffres qui se basent sur une capacité de 4.000 MW d'éoliennes offshore installées d'ici 2030. Or, les projets actuellement dans les cartons en mer du Nord laissent entrevoir une capacité installée de 2.292 MW.