Emploi / RH

Durant le premier trimestre 2018, l'Office national de l'emploi (Onem) a mené 15.000 contrôles auprès de chômeurs avec allocations. 

Dans 3.619 cas, près d'un quart donc, une violation a été établie, selon les chiffres communiqués par le ministre de l'Emploi Kris Peeters (CD&V) et rapportés par De Standaard jeudi. L'allocation de chômage a dans ce cas été récupérée. C'est la première fois que l'Office communique ces chiffres, ce qui sera désormais le cas tous les trois mois, selon le ministre. "Il est important, pour que le système reste légitime et abordable, que les allocations reviennent à ceux qui y ont droit."

L'Onem s'est basé sur des techniques de croisement de données pour établir les contrôles appropriés. Il ne s'agit pas systématiquement d'une volonté de frauder; il arrive parfois qu'une personne reçoive une indemnité de maladie rétroactive et doive alors rembourser les allocations de chômage.

L'Onem vérifie aussi si les employeurs appliquent de manière correcte le chômage temporaire à leurs salariés. Durant le premier trimestre de l'année, une infraction a été constatée pour 31% des 2.497 employés concernés.