Emploi / RH

La Belgique n'atteindra pas l'objectif de 3% du PIB investis dans la recherche et le développement d'ici 2020, selon une étude du département de recherches économiques de l'Université de Namur (CERPE) relayée par L'Echo, mardi. 

Les pouvoirs publics sont pointés du doigt, car ils ne fournissent pas leur part de l'effort. Les instances européennes imposent à la Belgique d'allouer 3% de son PIB à la recherche et au développement d'ici 2020. Or le pays a du retard, pointe le CERPE, et devrait augmenter ses dépenses de 7,61% par an entre 2015 et 2020 pour atteindre l'objectif. C'est bien davantage que la moyenne observée entre 2010 et 2015.

Sur les 10,1 milliards consacrés à la recherche, la Flandre représente 6,4 milliards (63,6%), la Wallonie 2,3 milliards (23,2%) et Bruxelles 1,3 milliard (13,2%). Exprimées en pourcentage du PIB, ces dépenses atteignent 2,67% en Flandre, 2,47% en Wallonie et 1,81% à Bruxelles.

Lorsque l'Europe fixe l'objectif de 3% du PIB, elle met 2% à charge du secteur privé et 1% à charge des pouvoirs publics. Entre 2002 et 2015, les statistiques montrent que l'effort national a principalement été fourni par le secteur privé, observe le CERPE.

Selon les économistes du CERPE, les pouvoirs publics doivent prendre rapidement leurs responsabilités au vu de l'insuffisance des moyens libérés pour la R&D jusqu'en 2015. Les auteurs de l'étude plaident aussi pour une concertation entre institutions belges afin d'assurer une convergence entre les régions.