Emploi / RH
Le 2 juillet, le Conseil supérieur de l'Emploi se réjouissait d'une diminution du taux de chômage en Belgique (LLB 02/07), notamment du côté francophone. Malgré les fortes disparités entre les régions, la Belgique affiche de bons résultats par rapport à la moyenne européenne.

Selon les résultats du premier trimestre de 2018, l'emploi se porte mieux en Belgique. Par rapport à la moyenne des années  2016 et 2017, le taux de chômage a diminué dans les trois régions du pays, et notamment à Bruxelles (LLB 02/07), où il est passé de presque 17% en 2016 à 15% au premier trimestre 2018.

Le taux d'emploi, quant à lui, monte à 68,5%. A la différence du taux de chômage, qui comptabilise le nombre de gens n'ayant pas de travail parmi la population active, le taux d'emploi est un indicateur qui comprend le nombre de personnes ayant un emploi parmi les citoyens en âge de travailler. Il faut savoir que le taux de chômage ne prend pas en compte certaines catégories de la population. C'est le cas pour les personnes exclues du chômage, par exemple. 
Cet indicateur serait pour certains plus pertinent car il montre la capacité d'un pays à mobiliser sa main-d'oeuvre. 

Si la plupart des emplois sont générés par l'augmentation des CDD, des contrats temporaires et d’intérim, toujours est-il que le résultat est assez positif en Belgique. Notamment face à la moyenne européenne. Le derniers chiffres disponibles, qui remontent au mois de mars 2018, montrent que la Belgique fait mieux que la moyenne des pays membres de l'UE.



Selon Eurostat, l'office statistique de l'Union européenne, les 19 pays de l'Eurozone affichent un taux de chômage de 8,5%,là où la moyenne des 28 Etats membres est à 7,1%. Un bon résultat pour l'Europe, qui atteint le taux de chômage le plus bas depuis 2008. L'Europe des 28, quant à elle, affiche un résultat encore meilleur, avec un taux de 7,1%, en diminution par rapport aux données de 2016 et de 2017 pour la même période.

Globalement, l'emploi s'améliore partout en Europe : tout comme la Belgique, les autres pays européens montrent aussi une certaine progression, avec l'exception de la Lituanie, où les résultats restent stables, et de l'Estonie, où le chômage a augmenté de presque 1%.

Les écarts entre les pays membres

La Belgique se porte alors bien, avec un résultat en dessous de la moyenne dans un paysage très fragmenté. Parmi les 28, les taux des chômage les plus faibles se sont enregistrés en Allemagne (3,4%), à Malte (3,3%), en République Tchèque (2,2%). Au contraire, les mauvaises élèves restent toujours l'Espagne (16,1%), l'Italie, qui enregistre tout de même une faible amélioration (10,7%), et la Grèce (20,6%). Cette dernière, qui ne sera plus sous la tutelle du FMI et des créanciers européens à partir du 20 août, a vu son taux de chômage diminuer de presque 3%.