Emploi / RH

Le "taxshift" (glissement fiscal) décidé par le gouvernement fédéral entraînera la création de 52.100 emplois supplémentaires d'ici 2021, a indiqué la Banque nationale de Belgique (BNB) dans un rapport publié vendredi. Sept ans après son entrée en vigueur, ce virage fiscal décidé en juillet 2015, entraînera également une hausse de la dette publique de 0,2% du produit intérieur brut (PIB), ajoute cette étude.

Le Bureau fédéral du Plan et les trois instituts régionaux de statistiques (Iweps, SVR et IBSA) avaient estimé le mois dernier, dans leurs perspectives économiques régionales 2017-2022, que quelque 322.000 emplois nets auront été créés dans les trois Régions belges entre 2016 et 2022.

Dans cette étude intitulée "Impact macroéconomique et budgétaire du scénario de tax shift révisé par le cabinet du ministre des Finances et comparaison avec l'exercice de novembre 2015", la BNB arrive à la conclusion que la création de 52.100 emplois entre 2015 et 2021 sera exclusivement due au glissement