Emploi / RH

Les mesures prises pour remettre les 55-64 ans au travail ont été en grande partie inefficaces, selon une étude de l'UCL et de l'Université de Gand, dont se fait l'écho Le Soir lundi. En 2015, la Belgique se trouvait bien en deçà de la moyenne européenne pour le travail des seniors. Si l'on considère le taux d'emploi des 55-64 ans, 48,9 % des hommes et 39,3 % des femmes occupaient un travail en Belgique.

L'étude de l'UCL et de l'Université de Gand, met en doute l'efficacité de ces principales politiques d'emploi des seniors après avoir passé en revue les réformes de la dernière décennie, à savoir les réductions de charges sociales, les prépensions de fin de carrière, la hausse de l'âge légal.

"Les mesures étudiées ont eu globalement un impact soit positif mais temporaire, soit faible, voire négligeable, sur l'emploi des groupes de population âgée observés", concluent les chercheurs.

Ils craignent en outre que les limitations des prépensions provoquent des licenciements de travailleurs âgés ou une hausse des départs vers la maladie-invalidité, et recommandent l'étude de mécanismes de départs progressifs à la retraite. Ils suggèrent en outre la progression salariale à l'ancienneté, qui rend le coût des plus âgés très élevé et découragent leur embauche ou leur maintien à l'emploi.