Emploi / RH Plus de 400 000 salariés belges sont en incapacité de travail depuis plus d'un an. Si le nombre de malades sur une courte période a tendance à baisser chez nous, celui des malades de longue durée augmente d’année en année. Mais qu’en est-il alors du salaire du travailleur pendant cette période ? Quel est le montant de l’indemnité légale qu’il peut percevoir ? Et quel rôle joue l’employeur dans tout ça ? A-t-il prévu une assurance revenu garanti, qui offre une indemnité financière en cas d’incapacité de travail de plus d’un mois, en plus du montant prévu par la sécurité sociale. ? Par exemple en cas de d’accident de travail, d’accident privé, de burn-out, de maladie de longue durée, de grossesse,…

Pour en savoir plus sur cette thématique, la Vlerick Business School, en collaboration avec AG, La Libre Belgique (côté francophone) et De Standaard (côté néerlandophone), lance une enquête sur les sites web des deux quotidiens pour recueillir les impressions de leurs lecteurs. Parmi les questions posées : quel pourcentage de votre salaire brut pensez-vous percevoir en cas d’incapacité ? Estimez-vous que vous serez un jour confronté à une période d’incapacité de travail ? Est-ce de la responsabilité de l’employeur de prévoir un revenu garanti ? Une question intéressante, quand on sait que seuls 18 % des salariés belges bénéficient de ce type d’assurance, selon des chiffres d’AG.

Il y a quelques années, nous avions mené une enquête avec La Libre et De Standaard sur la question des avantages extralégaux. Nous y avions vu l’impact sur l’engagement des travailleurs. Il y a deux ans, une nouvelle enquête, sur les pensions cette fois, montrait combien les travailleurs surestimaient le montant de leur pension”, explique Xavier Baeten, professeur à la Vlerick Business School. “De plus, les chiffres ne mentent pas et nous voyons que le stress et l’épuisement professionnel sont en constante augmentation. Dans le contexte actuel qui impose de travailler plus longtemps, les entreprises doivent faire à attention à la vitalité de leurs employés. Tous ces éléments nous amènent à nous intéresser à la question de savoir si les employés sont au courant de ce qui va arriver à leur salaire s’ils sont absents pendant une plus longue période et s’ils savent si leur employeur fournit une assurance supplémentaire ou non. On va aussi mesurer leurs connaissances concernant les allocations de la sécurité sociale.”

L’enquête débute ce vendredi sur le site de la Libre et se prolongera jusqu’au 28 septembre. Entre 5 et 10 minutes suffisent pour compléter le questionnaire. Les résultats seront dévoilés mi-novembre. A vos PC et tablettes!