Emploi / RH

Travailleurs, faites la navette vers Bruxelles si vous souhaitez bénéficier du meilleur salaire possible : tel est le conseil que l’on peut faire à la suite de la publication par Statbel (l’office belge de statistique) de son étude sur les salaires en 2016, menée auprès de 95 000 salariés.

Les chiffres montrent en effet que les personnes qui travaillent dans le centre du pays ont plus de chances d’avoir un salaire élevé : dans la région de Bruxelles-Capitale, le salaire mensuel moyen est 17 % plus élevé que la moyenne nationale, Bruxelles précède l’arrondissement de Hal-Vilvorde (+6 %).

© Statbel

À l’autre bout de l’échelle, c’est dans les arrondissements de Dinant (-24 % par rapport à la moyenne nationale) et de Marche-en-Famenne et Bastogne (-21 %) que les salaires sont les moins élevés.

© Statbel

En Belgique, le salaire mensuel moyen était de 3 489 euros brut en 2016. Un chiffre moyen à relativiser toutefois, selon Statbel, puisque 64 % des travailleurs belges disposent d’un salaire inférieur. Du côté des extrêmes, 10 % des salariés belges gagnent plus de 5 381 euros par mois et 10 % gagnent moins de 2 233 euros par mois.

© Statbel

Les professions qui offrent les moins bons salaire étant celle de serveurs (-37 % par rapport à la moyenne nationale), de coiffeurs et esthéticiennes (-37%), de caissiers/billettistes (-34 %) et vendeurs en magasin (-30 %).

© Statbel

A l'inverse, les professions les mieux rémunérées sont les directeurs des grandes entreprises (+175% par rapport à la moyenne nationale), les directeurs et cadres de direction, technologies de l'information et des communications (+105%) et les managers de services administratifs (+99%). 

© Statbel

Signalons également que l’écart salarial moyen entre hommes et femmes s’est amenuisé en 2016 – il serait désormais de 5 %, alors qu’en 2007, il était encore supérieur à 12 %. 

© Statbel

Pointons un dernier constat intéressant : le travailleur belge est comme le bon vin, il vieillit bien : jusqu’à l’âge 37 ans, un salarié belge gagne moins que la moyenne nationale (c’est-à-dire environ 3 500 euros bruts par mois) ; il améliore ensuite progressivement sa situation pour gagner, au-delà de 60 ans, 31 % de plus que ce salaire moyen.

© Statbel

Statbel précise que le concept de "salaire brut" comprend les primes périodiques versées à chaque période de paie. Il peut s’agir par exemple des primes pour le travail de nuit ou de week-end. Les primes versées à titre exceptionnel, comme le treizième mois ou le double pécule de vacances, ne sont pas prises en compte.