Emploi / RH

Grâce à la vente de Lampiris, Bruno Vanderschueren, l’un des deux fondateurs de la société liégeoise avec Bruno Venanzi, a touché environ 60 millions d’euros. Alors que Bruno Venanzi a acheté le Standard de Liège, l’autre Bruno s’est transformé en "business angel" à la recherche de pépites dans lesquelles investir.

En pratiquement neuf mois d’activité, il compte un investissement en direct à son actif, un autre qui a capoté in extremis, ainsi qu’un investissement qui doit être finalisé dans les semaines qui viennent.

"Je n’investis en direct que dans des secteurs que je connais bien, c’est-à-dire essentiellement en lien avec l’énergie, déclare-t-il. Je n’ai pas envie d’investir dans des ‘biotechs’ ou dans des domaines auxquels je ne comprends rien. Je veux apporter une vraie valeur ajoutée. J’essaye de choisir des sociétés qui ont déjà un certain niveau de développement et qui ont besoin de capitaux pour financer leur croissance. Quand on arrive en tout début de cycle, il y a un risque de prendre un râteau une fois sur cinq ou sur sept. J’ai reçu un dossier au sujet d’un nouveau concept de panneaux photovoltaïques, mais c’est ‘rock and roll’, il faut être très vigilant."

Pour son premier investissement en tant que "business angel", Bruno Vanderschueren a pris une participation de 10 à 15 % dans le capital d’Opinum. Cette société basée à Louvain-la-Neuve est spécialisée dans la récolte et la gestion des données énergétiques des bâtiments.

"J’ai été contacté par le SRIW qui voulait que je leur donne un coup de main, explique-t-il. A l’occasion de l’augmentation de capital d’Opinum, j’ai pris une participation de plusieurs centaines de milliers d’euros. Opinum a récemment signé quelques gros clients, elle réalise un chiffre d’affaires de presque 1 million d’euros et sera bientôt break-even."

Bruno Vanderschueren évalue le volume de travail fourni chez Opinum entre une demi-journée et un jour par semaine. "C’est très variable, explique-t-il. Je vais sur place, je les appelle de temps en temps. Lors de la signature de gros contrats, j’accompagne la direction chez le client."