Immo Passionné par son métier de courtier, Aymeric Francqui est fidèle à l’agence Latour&Petit depuis 11 ans. Associé à son fondateur, Denis Latour, il est en charge de l’organisation générale et des ventes et locations de biens existants.

PORTRAIT La Libre Immo

Aymeric Francqui, 37 ans, est d’un naturel enjoué et dynamique. Il suffit, pour s’en convaincre, d’échanger quelques mots avec lui. Passionné, aussi. Par son métier, très certainement, mais surtout par les relations humaines qu’il noue avec ses clients. "C’est certes gratifiant de conclure des transactions - c’est d’ailleurs cette adrénaline qui m’a incité à devenir courtier quand j’avais 20 ans", explique-t-il. "Mais l’objectif premier est de trouver un accord positif et serein entre toutes les parties. Il est primordial de conserver cette double exigence de respect et de satisfaction de tous les clients. Laquelle passe par une certaine forme d’humilité qui n’est pas la norme dans la profession."

Autre forme de contact privilégié auquel il accorde le plus grand soin, celui qu’il partage avec l’équipe de l’agence Latour&Petit, qu’il a rejointe il y a maintenant 11 ans. "On était 6 à l’époque, pour une cinquantaine aujourd’hui", glisse-t-il fièrement. "Tous des ‘jeunes’ de 24 à 72 ans", plaisante-t-il encore, confiant chérir ce mix de générations, mais surtout, d’expérience des uns et de fougue des autres. "C’est un cocktail gagnant qui fait partie de l’ADN de Latour&Petit", abonde-t-il. "Pour preuve, il n’y a pas de turn-over dans l’équipe, ceux qui nous rejoignent s’y sentent bien et décident de rester parmi nous. C’est assez rare dans la profession pour être souligné. Le métier d’agent immobilier ne pousse pas trop à l’esprit d’équipe et c’est une force que nous entretenons tous les jours au sein de la nôtre."

Equipe qui se répartit dans trois bureaux - deux à Bruxelles et un à Namur - et quatre départements - vente, location, immobilier neuf et… résidences-services. "C’est une corde de plus à notre arc que nous avons développée voici plus d’un an", détaille Aymeric Francqui. "Nous collaborons avec les pincipaux acteurs du secteur, afin de louer et vendre des appartements dans une quinzaine de résidences-services." Pour le reste, l’agence se targue de posséder plus de 1 000 biens en portefeuille : environ 350 à 400 en location - "et cela tourne tout le temps puisque nous signons 2 à 3 contrats de location par jour" -, 250 en vente de biens existants et 400 appartements neufs.

Voici quatre ans maintenant, le Bruxellois pure souche s’est vu proposer une participation active au sein de l’agence par son fondateur, Denis Latour. "Je suis son associé", acquiesce-t-il. On se partage le boulot en fonction de nos points forts respectifs : la stratégie et la responsabilité du segment du neuf pour lui, l’organisation générale de la société et la supervision de la vente et de la location pour moi." Et de se féliciter de la complémentarité de leur duo : "je suis très dynamique… parfois trop ! Denis est plus posé que moi. Sans compter qu’il cultive, de par son expérience, un vaste carnet d’adresses et de bonnes relations avec les grands promoteurs du pays. De mon côté, j’ai une très bonne connaissance du courtage de biens anciens."

Pourtant, ce n’est pas la voie qu’il s’était choisie à l’origine. "J’ai étudié le Droit, à Saint-Louis d’abord, puis à Louvain-la-Neuve. Ensuite, j’ai changé d’orientation et je suis entré à l’Infac [actuelle IFAPME, NdlR] où je me suis formé au métier d’agent immobilier." Après un stage dans "une petite boîte bruxelloise active dans la gestion privative", ce qui lui a permis de découvrir de nombreux aspects du métier, il a fini par "frapper à la porte de Latour&Petit", une maison qu’il "ne quittera plus."Frédérique Masquelier