Immo

Peut-on marier l’ancien et l’utra-contemporain dans l’architecture castrale ? Si oui, à quelles fins ? Dossier Philippe Farcy

EST-CE DÉNATURER UN CHÂTEAU ancien que de le mettre aux normes sinon de la domotique, du moins en phase avec les éléments de confort qui donnent aujourd’hui aux concepteurs de maisons classiques des possibilités inouïes d’invention et de bien-être ? On sait que la clientèle est de plus en plus exigeante, d’autant que la valeur des biens a crû considérablement depuis l’arrivée de l’euro en l’an 2000.

Grains de folie

Dans le cas des châteaux, les exemples belges destinés à des résidences privées sont en fait relativement rares. Ne parlons pas des constructions de châteaux - comme celui de Scy, dans le Condroz, dessiné par l’architecte Callataÿ -, rarissimes. La récente reconstruction du château Charle-Albert grâce aux efforts conjugués de Stéphan Jourdain et de la Région bruxelloise est un autre aspect d’une vision d’avenir pour des châteaux en perdition qui peuvent être rebâtis - à grands frais, certes. Il en fut de même il y a moins de dix ans avec le château "Le Fy", à Esneux, qui allait tout droit vers son cimetière et qu’un citoyen hollandais un peu fou a remonté. Les intérieurs de ces deux bâtisses néorenaissantes flamandes, quoiqu’adoptant un style résolument ancien, sont équivalents à ce que l’on ferait de mieux dans des maisons contemporaines, à la différence près que la volumétrie change.

Incendies salvateurs ?

...