Immo

Menuiserie, carrelage, peinture, installations électriques et aménagement des parcs et jardins, voilà cinq métiers dans lesquels la Belgique avait des compétiteurs lors du dernier Mondial des métiers (Worldskills) qui a pris ses quartiers du 15 au 18 octobre à Abu Dhabi. Deux d’entre eux s’y sont d’ailleurs distingués, revenant des Emirats arabes unis avec un médaillon d’excellence qui récompense un résultat égal ou supérieur à la moyenne : Paul Van Den Heede en installations électriques et Julien Neulens en menuiserie. Ce dernier a aussi obtenu le meilleur résultat de tous les Belges, ce qui lui a valu de monter sur le podium avec le titre de "Best of Nation".

13 métiers

A côté de ces métiers dans lesquels concouraient des Belges, d’autres étaient aussi en compétition comme la maçonnerie, la charpente, le plafonnage, la plomberie… En tout, 13 métiers. Après l’industrie, la construction est le deuxième secteur le plus représenté lors de cette compétition de métiers techniques et manuels. Notamment parce que nombre de métiers du secteur sont en pénurie. "Si j’ai accepté cette fonction c’est notamment sous la pression de ma fédération [la Confédération Construction, NdlR], qui souhaite que davantage de jeunes s’intéressent à nos métiers", a souligné Louis Amory, administrateur délégué de Maisons Blavier et nouveau président de Worldskills Belgium, l’antenne belge de l’organisation.

Le Mondial est également l’occasion de mettre en avant certains métiers. Ainsi, pour la première fois, la Belgique avait des compétiteurs en aménagements des parcs et jardins. "Nous sommes ici pour donner une autre image du métier", explique David Hermann, l’expert qui accompagnait les deux jeunes belges, Mischa Meys et Julien Boveroux. "Trop souvent, les gens nous voient comme des jardiniers. Mais nous sommes beaucoup plus que cela. Nous plantons, mais réalisons aussi des terrasses, des pièces d’eau… Pour réussir à donner une autre image de ce que nous faisons, il faut un travail de qualité. Et c’est ce que font les jeunes ici." L’épreuve, qui se concourrait à deux, consistait à réaliser un projet qui retraçait l’histoire des jardins aux Emirats. "Tout est coté : le travail en équipe, la sécurité sur le chantier, la propreté…" "L’organisation du travail est importante, et cela pour tous les métiers", note Francis Hourant, directeur de Worldskills Belgium. "Auparavant, dans la compétition, on regardait surtout la performance. Maintenant on regarde les compétences. Toutes les compétences. Le but d’un Mondial est d’augmenter le niveau de tous les jeunes."

Car ce rassemblement d’experts du monde entier a aussi pour vocation de faire évoluer les formations pour suivre celle des métiers. C’est le cas notamment en électricité. "On fait toujours une partie du travail à l’ancienne, avec le câblage notamment, et puis on l’associe à la technologie de pointe : domotique, automatisation, programmation…" constate Denis Devos, expert en installations électriques (voir vidéo). "On va aussi vers les objets connectés, le wifi. Je vois bien qu’à chaque Mondial cela évolue. Ce qu’on demande aux électriciens est de plus en plus pointu."