Immo Si on parle d’exilé fiscal et non d’émigré fiscal, c’est parce qu’avant d’être attiré par la fiscalité accommodante d’un pays, on est poussé à la sortie par celle, excessive et instable, de sa patrie. Dans l’analyse du candidat au départ, c’est toutefois des deux côtés de la frontière que le regard se porte. "Sur trois points", résume Bertrand Marot, spécialiste de la fiscalité franco-belge et responsable du département international au private banking de Degroof-Petercam.
(...)