Immo

"Le nombre de Français qui vendent leur appartement ou leur maison est à la hausse." "Dans tel immeuble - ‘Le tonneau’, aux abords des étangs d’Ixelles, pour ne pas le citer - quatre appartements sont en vente, tous quatre par des Français." "Des propriétaires belges s’inquiètent d’une possible déconfiture du marché immobilier."L’annonce de réformes fiscales en France concernant l’impôt sur la fortune et la taxation des dividendes et intérêts interpelle. C’est qu’en parallèle, alors que la France allège sa fiscalité liée au patrimoine, la Belgique, dans ses velléités de taxer les comptes-titres, l’alourdit (voir ci-contre). Et tout à coup, le spectre d’un retour à la case départ de nombreux Français venus trouver en Belgique un régime fiscal moins vorace s’élève.

Effets d’annonce

Mais pas dans le chef des professionnels. "S’ils rentrent au pays, indique Bertrand Marot, responsable du département international au private banking de Degroof-Petercam, ce n’est pas pour des raisons fiscales. Il est bien trop tôt pour affirmer que les réformes proposées auront telle ou telle conséquence. Tant côté belge que français, on est au tout début de ce qui semble être de nouvelles orientations fiscales. Par contre, cela suscite des réactions, c’est indéniable." "Macron a prévu un soufflet fiscal avec diverses réductions d’impôts. Quant à la Belgique, elle revoit sa fiscalité sur les comptes-titres rendant la résidence en Belgique moins intéressante. D’autant que le précompte immobilier a fortement augmenté ici et là. Il serait donc logique qu’il y ait un retour de balancier. Mais en pratique, on ne le voit pas, notamment parce qu’on est encore à des effets d’annonce", ajoute Marc-Etienne Baijo, avocat au sein du cabinet Rivus. Ni l’un ni l’autre ne constatent en tous les cas de retour d’exil.