Immo La brique belge dont on prédisait qu’elle serait un jour friable n’en finit pas d’afficher une solidité de béton. La grosse majorité des indicateurs sont au vert et à la hausse.

Le SPF Economie l’annonce tout de go : ses chiffres des prix de l’immobilier résidentiel pour le 1er semestre de cette année sont provisoires. Il n’empêche, les tendances sont là. Et elles interpellent. Non seulement les prix moyens ont encore augmenté, mais les hausses peuvent être très fortes sur certains segments. Le prix d’une maison d’habitation ordinaire a ainsi pris, en moyenne, 6,3 % de plus qu’un an auparavant, celui des villas 5,3 %, celui des appartements 1,7 %. De quoi réjouir propriétaires et vendeurs, et atterrer les acheteurs. Encore que ce sont eux qui… font les prix. Et puis, il s’agit de moyennes et tous les types de biens, comme toutes les localisations ne réagissent pas à l’identique.

Parallèlement aux moyennes, le SPF Economie se pique d’établir d’attrayants hit-parades. Où, tout à coup, les écarts de prix, dans une même région, prennent des proportions énormes. Ainsi, une maison à Lasne, commune wallonne la plus coûteuse en la matière, est… près de 7 fois plus chère qu’une maison à Quaregnon, à l’autre extrémité. En Flandre, on ne passe que du simple au triple (entre Renaix et Kraainem) et un peu plus du simple au double à Bruxelles (entre Molenbeek et Ixelles).

(...)