Immo Les logements entre particuliers seront davantage taxés que les chambres d’hôtels ou d’hôtes.

C’est une première en Wallonie : les autorités communales liégeoises ont décidé de taxer les logements entre particuliers passant par la plateforme "Airbnb".

D’après le quotidien "La Meuse", les propriétaires devront ainsi s’acquitter d’une somme annuelle de 193 euros pour tout hébergement qu’ils mettent en location via le site.

Du côté du cabinet du ministre wallon en charge du Tourisme, René Collin (CDH), on confirme l’information : "Nous avons pris, du côté de la Région wallonne, des mesures spécifiques pour protéger les locataires et protéger l’hôtellerie traditionnelle et sa clientèle. Par contre, les villes et communes qui le souhaitent sont autonomes quant à l’application ou non d’une fiscalité."

Un pouvoir fiscal qu’a donc décidé d’utiliser la Cité ardente qui table sur une recette annuelle de quelque 200 000 euros. "C’est en fait une extension d’un règlement déjà existant, a expliqué l’échevin des Finances, de Liège, Michel Firket à nos confrères de "La Meuse". Il s’agit du règlement applicable aux meublés, type studios. Le phénomène Airbnb est relativement neuf, il prend de l’ampleur, mais n’apporte aucune recette à la Ville, alors que cela concurrence le secteur hôtelier."

Près de 300 hôtes liégeois pour Airbnb

Les logements Airbnb seront ainsi davantage taxés que les chambres d’hôtels ou les chambres d’hôtes : 193 euros contre 150 euros par an et par chambre pour les hôtels. "Nous considérons en effet qu’un logement Airbnb, c’est plus qu’une chambre", détaille l’échevin Firket.

La Ville a pris contact avec la société Airbnb, établie en Irlande, afin que cette dernière lui communique les logements proposés à Liège. Liège compterait environ 300 hôtes et l’hôte type partage son logement en moyenne 29 jours par an.