Immo

Cette 28e édition du Mipim (Cannes 14-17 mars) restera dans les annales des Belges. Mais surtout dans celles du bureau d’architecture Jaspers-Eyers.

Avec cinq projets nominés sur 44 dans 11 catégories, la Belgique faisait déjà l’admiration des 21 autres pays ayant remis un ou plusieurs dossiers. Un peu moins bien que les 6 du Royaume-Uni, mais largement mieux que les 1, 2 ou 3 nominés de pays cinq à dix fois plus grands (France, Allemagne, Chine...).

Cinq projets, donc, si pas tous belges, à tout le moins développés ou dessinés par des Belges. Dont deux dans la même catégorie. Au mieux, les Belges pouvaient revenir avec quatre trophées. Et c’est ce qu’ils ont fait ! Par quatre fois, ils sont montés sur le podium.

- Meilleur complexe industriel et logistique pour Nike European Logistics Campus, implanté à Hamme, dessiné par le bureau belge Jaspers-Eyers Architecs.

- Meilleur immeuble rénové pour le Chambon développé par Immobel (du temps où il s’appelait encore uniquement Allfin), une des plus importantes reconversions de bureaux, ceux de l’ex-CGER, en logements (248 appartements, 134 studios), hôtels (2) et bureaux (10.000 m2). Une réalisation signée par les bureaux d’architecture A2RC Architects et... Jaspers-Eyers.

-Meilleur projet de rénovation urbaine pour Be-Mine, soit la réaffectation d’un ancien complexe minier limbourgeois de 40 hectares situé à Beringen, pilotée par une association momentané d’architectes dont... Jaspers-Eyers. De quoi créer un ensemble mixte comprenant des logements (100.000 m2), des commerces, des infrastructures touristiques...

- Et enfin, meilleur immeuble de bureaux pour la Warsaw Spire de Ghelamco à Varsovie (Pologne), culminant à 220 m de hauteur et signée par... Jaspers-Eyers.

Un heureux, un déçu

Quatre projets, trois situés en Belgique, un en Pologne, dans lesquels se retrouve, seul ou en association, un même bureau d’architecture : Jaspers-Eyers. C’était déjà inédit qu’il soit par quatre fois nominé. Ce l’est encore plus qu’il l’ait par quatre fois emporté.

Seul le projet bruxellois Greenbizz (derrière Tour & Taxis), concourrant dans la même catégorie que le centre logistique européen de Nike, est resté sur la touche.