Immo

Un nombre record de transactions immobilières ont été conclues en 2017 en Belgique, ressort-il du baromètre des notaires publié ce jeudi. "A l'exception du 2e trimestre, chaque trimestre de 2017 a révélé un meilleur indice immobilier depuis que le baromètre des notaires existe, en 2007", souligne la fédération des notaires qui fait état d'une hausse de son indice annuel de 0,8%, à 124,79, par rapport à 2016.

En termes de prix, une maison d'habitation coûtait, en moyenne, 240.451 euros en 2017, en hausse de 2,5% en rythme annuel. En Wallonie, la hausse a atteint 2,7%, à 183.445 euros. En Flandre, le prix moyen s'est élevé à 260.108 euros (+2,6%) tandis que Bruxelles a vu son prix moyen reculer de 2,5% à 429.689 euros.

Le prix moyen d'un appartement a lui aussi progressé de 2,5% l'an passé dans l'ensemble de la Belgique, à 215.440 euros. Par régions, la Wallonie a enregistré une hausse de 3,4% (172.367 euros), la Flandre de 2,3% ((220.268 euros) et Bruxelles de 3,2% (234.736 euros).

Sur les 5 dernières années, le prix d'un appartement dans notre pays a augmenté de 7,6%

Durant la même période, le prix d'une maison d'habitation a connu une augmentation de 8,6% au niveau national, ce qui correspond à une hausse moyenne annuelle comprise entre 2,5% et 2,7% sur cette période. "Seule 2015 fut une exception, le prix n'ayant augmenté que de 0,6%", précise encore la fédération.

Entre 2013 et 2017, le prix moyen d'une maison d'habitation a augmenté de 8,7% en Wallonie, de 7,7% en Flandre et de 3,8% à Bruxelles.

En Belgique, les maisons d'habitation représentent une part de marché de 73,1% sur l'ensemble des résidentielles vendues. Elles sont les plus recherchées en Wallonie (86,3%) alors qu'à Bruxelles, plus de 70% des logements sont des appartements.

"Le nombre record de transactions immobilières a certainement un lien avec l'optimisme croissant des Belges", commente Renaud Gregoire, le porte-parole de Notaire.be. "En outre, l'immobilier continue à être un investissement à la mode, notamment sous de nombreuses formes relativement nouvelles telles que les chambres d'hôtel, les box de garage et les kots d'étudiants. Le marché immobilier lié à la santé était également en nette progression, à l'image des appartements-services et des habitations kangourous", ajoute-t-il en pointant enfin le rôle important des faibles taux d'intérêt.