Immo

A Bruxelles, le respect de l'équilibre entre activité économique et développement urbain passe par une simplification des règles d'urbanisme, a rappelé mercredi Cécile Jodogne, secrétaire d'Etat bruxelloise au Commerce extérieur, en marge du Mipim, le salon des professionnels de l'immobilier qui se tient cette semaine à Cannes. 

"C'est pour garantir cet équilibre que le gouvernement bruxellois s'est lancé dans une vaste réforme du code bruxellois de l'aménagement du territoire (Cobat), une réforme qui touche à tous les aspects du développement territorial, allant des procédures de permis d'urbanisme à l'évaluation des incidences", a expliqué Cécile Jodogne.

"Notre objectif est de simplifier les règles de l'urbanisme afin de toujours mieux répondre aux attentes des citoyens et des professionnels du secteur, tout en respectant la jurisprudence du Conseil d'Etat et la législation européenne", a-t-elle ajouté en insistant sur la nécessité de maintenir des activités productives en ville.

"Pour ce faire, il faut maîtriser le foncier", a de son côté souligné Benjamin Cadranel, l'administrateur général de citydev.brussels, en charge du développement urbanistique de la région et qui, à ce titre, "propose depuis plus de 40 ans des solutions immobilières, telles que les centres d'entreprises ou les incubateurs, permettant d'intégrer l'activité économique à la ville".

"Nous nous devons d'être efficaces, créatifs et productifs en termes d'emplois", a-t-il poursuivi. Selon citydev, les 430 entreprises implantées sur ses sites génèrent une moyenne de 122 emplois à l'hectare.

"Quant à la créativité, nous faisons avec les cartes que l'on a en mains, en proposant notamment des réductions aux entreprises qui développent des services pouvant servir aux autres ou à celles qui encouragent l'emploi des jeunes Bruxellois", a encore indiqué Benjamin Cadranel, en se félicitant enfin "du foisonnement des projets bruxellois et de leur cohérence".