Immo

De nombreuses copropriétés bruxelloises sont dans un mauvais état. Remplacement de l’ascenseur, travaux d’étanchéité de la toiture, optimisation énergétique (isolation, nouvelle chaudière...), ravalement des façades, etc., sont autant de postes majeurs qui inquiètent aujourd’hui la plupart des copropriétaires d’immeubles datant des années 60 à 80.

Et pour cause, des soucis de trésorerie ou l’absence de consensus trouvé en assemblée générale freinent bien souvent la prise de décision. Résultat ? Les travaux sont souvent reportés.

Une société bruxelloise, soutenue par un investisseur belge basé à Miami, a développé une solution innovante.