Entreprise La Wallonie compte 130 conseillers capables, notamment, d’aider les entreprises qui le souhaitent à recruter.

Depuis qu’il est ministre wallon (et vice-président MR du gouvernement), Pierre-Yves Jeholet n’a pas ménagé la patronne du Forem, Marie-Kristine Vanbockestal. Pourtant point de conflit, mercredi matin, lors de la présentation de la nouvelle campagne du Forem à destination des entreprises. Le ministre et l’administratrice générale parlaient presque d’une seule et même voix. Il faut dire que parler à la fois de service public, d’efficacité, d’aide aux entreprises et de "clientèle" avait tout pour plaire au libéral. On ne saura jamais si cette nouvelle campagne du Forem est dictée par la présence au gouvernement wallon des libéraux où si elle était prévue de longue date, en tout cas, le Forem veut faire savoir qu’il est résolument tourné vers le monde de l’entreprise.

Toute cette histoire part d’un constat : actuellement, 47 % des entreprises wallonnes ne savent pas que le Forem peut les accompagner dans de nombreux domaines. La campagne "Libre immédiatement" mettra en évidence, du 13 novembre au 14 décembre, une nouvelle manière de procéder. Les 130 conseillers du Forem dédiés au monde de l’entreprise sont disponibles "rapidement et plus efficacement, par le biais de la mise en place d’un guichet unique dédié aux entreprises", explique Marie-Kristine Vanbockestal. Des conseillers joignables à tout moment et qui connaissent le secteur et le métier des entreprises avec lesquelles ils sont en contact. Pour leur apporter quoi ? Plusieurs choses. En gérant les offres d’emplois des entreprises, ils sont à même d’aider ces dernières à recruter de manière plus efficace. "En présélectionnant les CV, par exemple", poursuit l’administratrice générale.

Faire gagner du temps aux entreprises

Mais ce n’est pas tout, puisque ces 130 conseillers peuvent également informer les entreprises sur les différentes aides publiques auxquelles elles ont droit. Ils peuvent aussi proposer des stagiaires ou les orienter en matière de développement et de validation des compétences du personnel. "Ce conseiller généraliste peut faire appel à des spécialistes en deuxième ligne pour des prestations plus spécifiques, comme la mise en œuvre d’un plan formation-insertion", explique encore Mme Vanbockestal. Les conseillers, en lien avec les différents services du Forem, doivent aussi permettre aux entreprises de gagner du temps en évitant la multiplication des interlocuteurs et la répétition des démarches.

Quant à Pierre-Yves Jeholet s’il a précisé, en début de conférence de presse, que "sa présence au côté de l’administratrice générale était déjà une information en soi", il a par ailleurs précisé que cette initiative allait dans le sens "de ce qui a été défini avec le Forem". S. Ta.