ABX: Schouppe poussé vers la sortie

V.S. Publié le - Mis à jour le

Entreprise

Etienne Schouppe aura donc été poussé vers la porte de sortie. Même si ce n'est pas avec effet immédiat puisque l'ancien patron de la SNCB restera encore à la tête d'ABX, la filiale logistique de l'opérateur ferroviaire, jusqu'à fin février 2003. Le temps d'assurer la transition et de lui trouver un successeur capable de concrétiser les grandes lignes du plan Vinck censé éviter le naufrage d'ABX.

Hier après-midi, le coup de grâce aura finalement été porté par le conseil d'administration de la SNCB, au sein duquel les alliés traditionnels (PS et SP.A) d'Etienne Schouppe n'auront pas osé jouer la carte de l'épreuve de force pour sauver la tête d'un manager dont la gestion et le manque de transparence font depuis quelques mois l'objet de virulentes critiques. Seul Antoon Colpaert, administrateur étiqueté SP.A, a demandé un certain nombre de précisions sur les conditions dans lesquelles le départ d'Etienne Schouppe avait été décidé. Ce qui a eu l'art d'irriter, semble-t-il, quelque peu Karel Vinck... Les libéraux - tant côté francophone que néerlandophone - voulaient eux tourner au plus vite la page Schouppe.

La décision d'évincer Schouppe a en réalité été scellée dès mercredi. Lors d'un contact avec la ministre des Transports Isabelle Durant, Karel Vinck, nouveau patron du rail, a présenté son plan de sauvetage d'ABX. Un accord a été trouvé entre l'ancien patron d'Union Minière et sa ministre de tutelle sur les grandes lignes de ce plan. Au moment d'évoquer le volet management de son plan, Karel Vinck a fait part de ses doutes sur la capacité d'Etienne Schouppe à mener à bien cette mission de restructuration d'ABX. Isabelle Durant lui a laissé carte blanche. L'actuel patron de la SNCB a alors eu une explication avec le principal intéressé. Guy Verhofstadt, lui, avait visiblement à coeur de laisser une grande autonomie à Karel Vinck et d'éviter que ce dossier ABX ne prenne une tournure trop politique.

Mais pourquoi demander à Etienne Schouppe de rester à la tête d'ABX jusqu'en février 2003? `Il y avait chez Vinck le souci de faire les choses élégamment´, souligne un observateur du dossier. Lors de la conférence de presse, Karel Vinck a d'ailleurs laissé entendre que le départ de Schouppe ne devait pas être assimilé à un `désaveu´ de ses choix stratégiques. Mais si Etienne Schouppe restera quelques petits mois encore à la tête de la filiale logistique de la SNCB, son pouvoir de décision sera néanmoins considérablement réduit. Il est prévu qu'un `manager de crise´ vienne l'assister dans la concrétisation du plan Vinck. Par ailleurs, Karel Vinck et Alain Deneef, l'actuel président du conseil d'administration de la SNCB, feront leur apparition au conseil d'administration d'ABX. Un conseil d'administration qui se penchera ce vendredi sur le départ programmé d'Etienne Schouppe.

Un départ qui sonne comme la fin d'une époque. Entré à la SNCB en 1963 au bas de l'échelle, l'homme va gravir les échelons les uns après les autres pour accéder en 1991 au poste d'administrateur délégué. Après son éviction à la tête de la SNCB en 2002, Etienne Schouppe avait obtenu comme cadeau de consolation la direction d'ABX.

© La Libre Belgique 2002

V.S.

Facebook

Ailleurs sur le web

Les + consultés de la semaine

cover-ci

Cover-PM