Entreprise

Quatre coursiers occupent toujours le siège social bruxellois de la plate-forme de livraison de repas à domicile Deliveroo. 

Les syndicats mèneront de nouveau une action contre le passage obligatoire vers le statut d'indépendant pour les livreurs de Deliveroo. Mercredi soir, une vingtaine de livreurs ont occupé le siège de Deliveroo à Ixelles. Ils sont encore quatre jeudi soir dans le bâtiment. Le syndicat BTB (UBOT) a discuté de la problématique jeudi au cabinet du ministre de l'Emploi et de l'Economie Kris Peeters, qui mène une action coordonnée (police, justice, inspection sociale) sur les contrats de coursiers.

Steven Steyaert du BTB ne s'attend pas à ce que la problématique soit réglée d'ici la fin de la semaine lorsque les coursiers devront obligatoirement travailler sous statut d'indépendant. "Nous allons de nouveau protester samedi à Bruxelles et demander aux restaurants d'éteindre l'application. L'action s'est étendue et nous avons demandé de mener une enquête sur Uber Eats. Nous voulons un contrat honnête pour les livreurs, leur sécurité et une bonne concertation sociale".

Les coursiers de Deliveroo sont engagés depuis plusieurs mois dans un bras de fer avec la direction afin de pouvoir continuer à avoir le choix d'être représenté par la Smart, une coopérative qui leur permet de bénéficier pour leurs heures effectuées d'une protection sociale et d'une assurance en cas d'accident, ou de travailler sous statut d'indépendant. La direction, elle, exige que tous ses coursiers passent sous statut d'indépendant avant la fin du mois de janvier.