Entreprise Rem Koolhaas, architecte du top 5 mondial, entre à Liège. Sera-ce pour ériger une tour ?Charlotte Mikolajczak Au Mipim, à Cannes

La Ville de Liège évoque, depuis quelque temps, la construction, sur son territoire, d’une deuxième tour, plus haute que celle des Finances (118 m). Une tour érigée par des privés, la société Barvaux, concessionnaire Mercedes-Benz, et le développeur immobilier Thomas & Piron. Les partenaires ont profité du Mipim, le Marché international des professionnels de l’immobilier (Cannes, du 10 au 13 mars), pas tant pour dévoiler une perspective du projet, ni même les principales lignes directrices (forme, hauteur, style…), mais bien le nom de son futur concepteur : Rem Koolhaas, du bureau néerlandais OMA, qui figure dans le top 5 mondial en termes de réputation.

L’architecte n’a jamais travaillé en Belgique - malgré son envie et sa participation à deux concours. Il y entrera donc par Liège. "On a choisi Rem Koolhaas pour son approche en dehors des sentiers battus et, surtout, son analyse du site en amont de laquelle découle la forme", explique Jean-François Méan, gestionnaire du développement chez Thomas & Piron. "Une architecture très intellectualisée", ajoute Serge Barvaux, de la société éponyme.

© OMA/KOOLHAAS

Parcours architectural

Ce dernier est propriétaire d’un terrain de plus de 2 hectares idéalement placé le long du parcours, qui démarre à la gare des Guillemins (signée par l’architecte catalan Santiago Calatrava) pour aboutir à la Médiacité (de l’architecte-designer israélo-britannique Ron Arad), en passant par la nouvelle tour des Finances (du Belge Jaspers-Eyers) et le musée d’Art moderne La Boverie (du français Rudy Ricciotti).

Le métier de concessionnaire automobile étant en pleine révolution et la demande de logements, à Liège comme ailleurs, en forte progression, il était logique pour le duo aux commandes de concilier ces deux tendances dans un ambitieux projet mixte : quelque 100 000 m2 abritant des logements haut de gamme (entre 300 et 400), un hôtel, une clinique privée peut-être et, bien sûr, le nouveau show-room Mercedes-Benz. "Les show-rooms actuels ont été pensés dans les années 90, précise Serge Barreaux. Internet a changé la donne. Il nous faut modifier notre approche de vente. Je veux réaliser un espace virtuel multimédia qui mettrait l’accent sur la technologie et non la couleur de la voiture. Mercedes-Benz ne serait pas opposé à développer ce nouveau concept avec moi."

Parcours du combattant

Un programme dont l’idée plane depuis un an et demi et dont les contours sont aujourd’hui plus définis. Il représentera un budget de 300 millions d’euros. La pose de la première pierre pourrait se situer fin 2017, début 2018, au terme d’un parcours du combattant qui passera par l’abolition d’un plan communal d’aménagement (PCA), la réalisation d’un Règlement d’urbanisme et d’environnement (RUE), la mise en place d’un processus participatif (enquête publique…) et l’obtention des permis.

Le projet sera très certainement réalisé en plusieurs phases. Ce qui exclurait l’idée d’une tour unique. "La parcelle est un pivot dans le parcours gare-Médiacité, conclut Gilles Guyot, du bureau OMA, un élément charnière vers Maastricht comme vers Luxembourg. Le projet ne débouchera peut-être pas sur des tours, mais certainement sur un élément émergent." Et de montrer des images d’un projet en bord d’eau à Copenhague, un autre à Taiwan et deux tours de logement quasiment jumelles en Suède.