ArcelorMittal: près de 800 emplois menacés à Liège

Belga Publié le - Mis à jour le

Entreprise / Emploi

Le nombre d'emplois menacés par la fermeture définitive de la phase liquide d'ArcelorMittal à Liège, qui a été confirmée par le conseil d'administration de l'entreprise, passe de 581 à 795, a indiqué mardi le front commun syndical CNE, CSC-Métal, MWB Liège-Luxembourg et SETCa, à la suite d'une rencontre avec la direction. De son côté, l'entreprise précise dans un communiqué que le conseil d'administration a pris connaissance de la clôture, le 26 juin dernier, de la phase d'information et de consultation et décidé en conséquence la fermeture des activités de la phase liquide d'ArcelorMittal à Liège.

La phase liquide n'est en effet plus compétitive au niveau européen, où on est confronté à une surcapacité et où la demande d'acier poursuit son déclin, rappelle la direction. La division Flat Carbon Europe d'ArcelorMittal, dont Liège fait partie, a annoncé une perte opérationnelle de 340 millions d'euros pour le premier semestre 2012, après avoir acté une perte de 499 millions d'euros pour le dernier semestre 2011.

Le nombre de pertes d'emploi qu'entraînera cette fermeture, évalué dans un premier temps à 581, a été réévalué et s'élève à présent à 795, dont 441 ouvriers, 327 employés et 27 cadres.

La direction, qui dit "regretter cette situation", souhaite entamer le processus de concertation sociale afin de définir les mesures d'accompagnement du personnel. Elle a donc invité les partenaires sociaux à participer à une séance d'information le 27 août prochain pour entamer les négociations sur le plan social.

Le front commun syndical note que cette augmentation du nombre de pertes d'emploi peut faire l'objet d'un recours au tribunal du travail et qu'il se réserve le droit de porter l'affaire en justice.

Publicité clickBoxBanner