Entreprise

Le Belge reste fidèle à sa banque, c'est bien connu. Les institutions financières tentent donc de capter leur clientèle dès le plus jeune âge. Parfois de façon abusive, juge Test-Achats. Dans un communiqué publié hier, l'organisation de consommateurs décerne de mauvais points à quelques banques belges.

Elle épingle ainsi Dexia et Fortis pour leurs sites Internet à destination des jeunes. Depuis l'été 2004, il existe un code de conduite relatif au marketing bancaire à l'égard des jeunes. Au regard de ce code, considéré comme un «usage de la profession», Test-Achats estime que les sites des deux banques «dépassent les bornes» en recourant à un ton «sarcastique ou trompeur» et «vantent des produits purement commerciaux» alors que «ces sites devraient avoir pour unique objectif d'apprendre aux jeunes à gérer un budget».

Dexia se dit prête à modifier les pages de son site qui posent problème. «Nous ne voulons nullement choquer le public, explique la porte-parole de la banque. Le ton employé est jeune et humoristique mais certainement pas sarcastique. Nous sommes ouverts aux remarques et aux critiques et, parmi les centaines de pages de notre site Internet, s'il s'avère que certaines phrases, sorties de leur contexte, sont tendancieuses, nous les adapterons.» Chez Fortis, on affirme que depuis l'adoption du code de conduite, la banque respecte les règles en vigueur. «L'avis de Test-Achats est purement subjectif, déclare la porte-parole de Fortis. Le ton est décalé mais convient aux jeunes. De plus, il n'est pas question d'un site bancaire. Il s'agit d'un site d'information, avec certains liens vers le site de la banque dans des dossiers relatifs à l'argent.»

Dexia précise aussi que le code est sujet à interprétations. «Test-Achats a tendance à l'interpréter de façon stricte alors que nous l'interprétons plus largement», dit la porte-parole de la banque. Les banques reconnaissent que la fidélisation des clients jeunes est importante, «comme dans d'autres domaines».

Toujours est-il que Test-Achats réclame «que les règles du code de conduite soient évaluées et fondues dans une réglementation, avec contrôles et sanctions à la clé». Ce souhait est également exprimé au niveau politique par la députée Colette Burgeon (lire ci-contre).

Test-Achats estime aussi que les comptes à vue et les comptes d'épargne à destination des jeunes sont difficilement comparables. «Les comptes d'épargne proposés aux jeunes souffrent des mêmes maux que ceux destinés aux adultes: promotions temporaires, conditions très différentes pour le calcul des primes, etc.», déplore l'organisation. Bref, plus que jamais, les clients, jeunes ou pas, doivent rester vigilants face au marketing bancaire.

© La Libre Belgique 2006