Entreprise

Jeudi matin, Barry Callebaut, qui se présente comme le leader mondial de la production de cacao et de chocolat de haute qualité, annonçait qu’il avait conclu un accord de grande envergure avec le géant alimentaire américain Kraft Foods. Jeudi, Juergen Steinemann, CEO de Barry Callebaut, et le Belge Patrick Haupthenne, coordinateur national pour Barry Callebaut Belgique et vice-président de l’industrie pour l’Europe du Nord, étaient justement à Bruxelles pour aborder la stratégie du groupe zurichois.

Selon l’accord conclu, Barry Callebaut deviendra le fournisseur-clé de cacao et de chocolat industriel du groupe américain, leader mondial de la confiserie, de quoi couvrir la majeure partie de ses besoins en produits à base de cacao et de chocolat industriel dans le monde. L’accord, qui inclut aussi certaines livraisons de chocolat liquide comprises dans le contrat de sous-traitance en cours avec Cadbury, prévoit ainsi de doubler le volume que Barry Callebaut livre à l’heure actuelle à Kraft (en majorité utilisé pour les biscuits Lu). Sans plus de détails sur les volumes ou sur le montant de la transaction. On parle seulement d’un accord de longue durée. Et plus important que les actuels contrats avec Hershey (80 000 tonnes de produits par an) ou Nestlé. "Cet accord global d’approvisionnement à long terme avec Kraft Foods compte au nombre des transactions stratégiques les plus importantes que notre groupe ait jamais conclues.", a dit le CEO.

Pratiquement, Barry Callebaut va augmenter ses capacités de production, d’abord aux Etats-Unis, au Canada, en Côte d’Ivoire et en Malaisie, mais aussi en Europe, et investira 51 millions d’euros dans les deux ans. L’accord n’aura pas d’incidence sur les 4 sites de production que le groupe compte en Belgique où il emploie plus de 1 000 personnes (dont 800 à Wieze). Pas d’impact non plus, selon Patrick Haupthenne, sur la production de Côte d’Or, propriété de Kraft, mais bien plutôt sur des productions pour des pays non européens. La transaction s’inscrit dans la stratégie globale d’un groupe en pleine expansion (40 sites dans le monde) qui a fait plusieurs acquisitions l’an dernier et a enregistré un chiffre d’affaires de 3,2 milliards d’euros lors de l’exercice 2008-2009. Sur les 9 premiers mois de l’exercice en cours, les résultats sont positifs, a indiqué Patrick Haupthenne, et "nous sommes toujours en ligne avec le but que nous nous sommes fixé sur 2009-2012 : grandir de l’ordre de 6 à 8 %, aussi bien en volume de production que de ventes et résultat net".