Entreprise

Belfius a réalisé un résultat net après impôts de 606 millions d'euros en 2017, soit une progression de 13% par rapport à l'année précédente. La banque publique verse ainsi un dividende de 363 millions d'euros à l'État belge. La direction de Belfius n'est pas peu fière des bonnes performances du bancassureur, qu'elle attribue aux fruits de la hausse des revenus opérationnels, à la maîtrise des coûts et à la gestion "particulièrement prudente et efficace" des finances et des risques.

Avec un résultat net consolidé avant impôts de 963 millions d'euros (+23%) et de 606 millions d'euros (+13%) après impôts, Belfius enregistre sa plus forte croissance bénéficiaire sur base annuelle depuis sa création. Cette réussite génère l'enthousiasme de la direction. "Nous avons confiance en l'avenir", a lancé le CEO Marc Raisière à l'attention des journalistes présents, tout en admettant qu'il sera très difficile de poursuivre avec une croissance à deux chiffres.

Le résultat opérationnel du groupe, qui est la donnée la plus importante selon M. Raisière, s'est établi à 615 millions d'euros (+12%): 400 millions d'euros pour Belfius Banque (+13%) et 215 millions d'euros pour Belfius Insurance (+9%). "La bancassurance est bel et bien un modèle gagnant", se félicite le patron du groupe.

Le management du groupe a également réitéré sa volonté de poursuivre sa stratégie orientée client. "Tous les investissements qui ne concernent pas le client sont supprimés", à l'exception de la gestion de risque, a expliqué Johan Vankelecom, CFO. Pour illustrer son propos, il a relayé une enquête menée auprès des clients, qui fixe le taux de satisfaction à 95,87%.

Belfius se présente comme la première banque numérique du pays, et se targue de comptabiliser 1.071.000 d'utilisateurs mobiles quotidiens.