Entreprise

L'entreprise de télécommunication Belgacom a enregistré au premier trimestre un chiffre d'affaires légèrement plus élevé mais un bénéfice légèrement plus réduit. L'entreprise annonce aussi vendredi qu'elle confirme les orientations fournies au marché pour l'année 2009.

Les revenus rapportés du groupe s'élèvent à 1,492 milliard d'euros, ce qui représente une croissance de 1,5 % en glissement annuel, compte tenu des contributions provenant des acquisitions et désinvestissements.

Les revenus du groupe ont eux enregistré une croissance organique de 0,3 %, pour atteindre 1,452 milliard, "du fait de la croissance des indicateurs opérationnels et de la confirmation des excellents résultats d'International Carrier Services", et ce en excluant le rachat du fournisseur d'accès internet Scarlet et de l'opérateur de téléphonie mobile luxembourgeois Tango.

Pour le premier trimestre, Belgacom affiche un EBITDA de 492 millions d'euros (-5,1% en glissement annuel) et une marge d'EBITDA de 33 %. Le bénéfice net (part de groupe) a diminué à 212 millions d'euros, contre 236 millions au premier trimestre 2008.

Belgacom annonce encore une "croissance soutenue de la base de clients", avec pour Belgacom TV, 49.000 nouveaux utilisateurs au premier trimestre de 2009. La base totale de clients de Belgacom TV a atteint 555.000 clients.

Belgacom compte au total 1.487.000 clients large bande, soit 202.000 clients de plus qu'en mars 2008, en tenant compte des clients large bande de Scarlet. Belgacom a conquis 22.000 nouveaux clients large bande au cours du premier trimestre de 2009.

La base de clients mobiles de Belgacom s'est enrichie pour atteindre 4.956.000 clients fin mars 2009, soit 243.000 de plus qu'il y a un an, y compris les 40.000 clients supplémentaires enregistrés au premier trimestre de 2009. Et Belgacom de préciser encore que "les revers de la conjoncture n'ont pas eu jusqu'à présent d'impact significatif sur les résultats financiers du segment résidentiel (CBU) du groupe Belgacom.

Comme escompté, l'impact sur le segment professionnel (EBU) se fait essentiellement sentir dans la baisse du trafic mobile, surtout dans le domaine du roaming".