Entreprise

Entre 2009 et 2011, le nombre d’indépendants ayant cotisé pour une pension complémentaire a augmenté de 22 %, constate le Syndicat neutre pour indépendants (SNI) dans sa dernière étude (menée auprès d’un panel de 481 travailleurs indépendants).

En ce qui concerne les chiffres les plus récents, fin 2011, 340 000 indépendants avaient souscrit à une pension libre complémentaire pour indépendants (PLCI). Il s’agit de 35 % de tous les indépendants (en activité principale et complémentaire) et même plus que la moitié de tous les indépendants en activité principale (qui, eux, sont 670 000).

Que peut-on penser de ce succès ? Que la pension légale pour les indépendants ne permet pas à ces derniers de vivre correctement une fois l’âge de la retraite arrivé " Ce succès est logique. Pour les indépendants, avoir une pension complémentaire n’est pas un luxe, mais une nécessité , fait en effet remarquer le SNI dans l’étude en question. De plus, la déductibilité fiscale intéressante des cotisations PLCI joue également un rôle, tout comme le fait que les versements pour la PLCI peuvent être déduits des cotisations sociales dues. "

Mais, au fait, le statut des indépendants a connu des améliorations toutes récentes. Qu’en pense le SNI ? Peut mieux faire "La semaine passée, le gouvernement fédéral a aligné les pensions minimums des indépendants sur celles des salariés en ce qui concerne les ménages. Il s’agit d’une modification qui est totalement justifiée. Cependant, il faudrait faire de même pour les pensions minimales des isolés où un fossé de 60 euros subsiste entre les indépendants et les salariés. Malgré tout, 94 % des indépendants estiment ne pas pouvoir survivre avec leur pension légale."

Ce constat est logique : la pension moyenne d’un indépendant est de 787 euros, soit un montant inférieur à celle d’un salarié (1 076 euros) et très inférieur à celle d’un fonctionnaire (2 370 euros), précise le SNI.

Par conséquent, l’organisation qui défend les indépendants plaide pour quelques modifications au deuxième pilier de pensions : " Le pourcentage maximum du revenu professionnel net imposable que l’on peut affecter aux cotisations de pension complémentaire est actuellement de 8,17 %. Il doit être augmenté. Tout comme le plafond annuel de 2 962,88 euros. Le revenu d’un indépendant varie en effet d’année en année. S’il a eu une bonne année, il devrait donc être en mesure de cotiser plus pour sa pension complémentaire. Mais cela n’est pas possible, étant donné qu’il y a un plafond aux cotisations PLCI. "