Entreprise Les travailleurs pensionnés de bpost ont reçu, il y a quelques jours, un courrier émanant du directeur des ressources humaines de l'entreprise qui ne leur a pas fait plaisir. On leur annonçait la suppression, dès le 1er janvier 2018, des réquisitoires, soit une quarantaine de billets de train gratuits, valables sur le réseau belge, pour les pensionnés et leurs ayants droit. Les retraités de bpost se verront aussi privés d'une réduction de 50% sur le prix des billets de train.

La raison ? "bpost est aujourd'hui, plus encore que par le passé, confrontée à l'évolution du marché postal. D'année en année, le courrier traditionnel diminue. [...] Pour assurer son avenir et celui de l'emploi dans ces conditions, bpost doit gérer au mieux et de manière responsable son budget, ses dépenses et ses frais de fonctionnement. En raison de cette situation, nous vous informons que la direction de bpost a dû prendre la décision que l'attribution des réquisitoires aux pensionnés ne pouvait plus être poursuivie à partir de 2018", peut-on lire dans la lettre adressée aux pensionnés. "Nous souhaitons par la même occasion simplifier la charge administrative lourde que représentait cet avantage. Le personnel actif, statutaire et contractuel barémique, conserve cet avantage", précise encore le porte-parole de l'entreprise.

Cette explication scandalise certains retraités de bpost. On nous fait part d'une décision "malheureuse alors que l'entreprise affiche de bons résultats financiers. Les économies se font sur le dos des pensionnés".

Les syndicats des postiers, en front commun, ont bataillé pendant trois ans pour que les réquisitoires ne soient pas supprimés. Ils n'ont donc pas obtenu gain de cause mais bpost a tout de même accepté de faire, en compensation, une contribution financière "unique et importante" à l'ASBL Pensoc, le service social des pensionnés de bpost. On évoque une somme de 10 millions d'euros, un chiffre que bpost se refuse à confirmer ou infirmer. "C'est Pensoc qui aura la gestion de cette dotation et les syndicats réfléchissent à la manière de l'utiliser. Avec cet argent, nous aurions pu maintenir les réquisitoires pendant trois ou quatre ans mais nous ne savons pas, par exemple, si une ASBL aurait légalement le droit de fournir ce genre d'avantage auprès de la SNCB", explique Marc De Mulder, le patron du syndicat SLFP Poste.

Sur son site Internet, Pensoc fait savoir qu'en 2015, le coût total des réquisitoires pour bpost n'était que de 1,6 million d'euros, ce qui représente en moyenne 75 euros par personne pouvant en bénéficier (soit 20 000 retraités). "Une grande partie des affiliés de Pensoc ne commande même pas des réquisitoires et pas mal de demandeurs n’utilisent seulement qu'une petite partie de leurs réquisitoires."