Entreprise

Bpost a annoncé mercredi qu'elle adapte sa structure, en créant trois unités opérationnelles « de façon à préparer l'entreprise pour l'avenir ». Elle ambitionne « d'assumer un rôle de leader dans la logistique d’e-commerce au Benelux, en tirant profit de (sa) présence significative dans l’Union européenne et aux Etats-Unis, pour offrir aux entreprises et aux consommateurs belges un accès aux solutions logistiques d’e-commerce européen, américain et transatlantique ».

Concrètement, bpost crée une unité « Mail & Retail » chargée des activités commerciales et opérationnelles liées au courrier et à la vente de détail, dont ses activités bancaires et financières en Belgique.

La deuxième unité, « Parcels & Logistics Europe & Asia », traitera les activités de colis et logistique en Europe et en Asie. La troisième sera destinée aux activités commerciales et opérationnelles en Amérique du Nord. Les filiales Radial et Landmark Global en feront partie.

Mercredi toujours, bpost a publié ses résultats du premier trimestre 2018 et ils ne sont pas très bons. Si le volume de courrier poursuit son inexorable chute (- 6,6 %), celui des colis est en plein essor, avec une hausse de 28,3 %.

L'entreprise a fait face à des coûts de 212,5 millions d'euros, « principalement dus aux charges de personnel, frais d'intérim, à l'évolution des salaires, davantage d'absentéisme mais aussi aux coûts de transport, des locations et de la consultance ».

Le bénéfice net chute de 22 millions d’euros, pour s'établir à 72,3 millions. L’EBITDA (bénéfices après le payement des taxes, impôt…) diminue de près de 37 millions et ses perspectives pour l'année sont « au plus bas de la fourchette ».

On peut s'attendre à une chute du cours de l'action de bpost, comme cela avait été le cas en mars, après l'annonce des résultats du dernier trimestre 2017, plutôt bons pourtant mais en-deça des prévisions.